Le radon, un gaz et voisin inconnu

Partagez!Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Le radon, gaz radioactif d’origine naturelle est la première source d’exposition de rayonnement ionisant en France. Bien que méconnu du grand public, ce gaz est un polluant de l’air intérieur. En effet, au-delà d’un certain seuil, il présente un risque sanitaire qu’il faut pouvoir appréhender convenablement. C’est tout l’enjeu du plan national d’action 2016-2020 qui a pour finalité première la sensibilisation du public et des acteurs concernés.

dosimeter-1062271_1920

Qu’est-ce que c’est le radon ? 

Le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle inodore et incolore. Il provient de l’uranium et du radium présents dans la croûte terrestre. Etant à l’état de gaz, le radon remonte à la surface de la terre.

Sa concentration varie en fonction des caractéristiques géologiques. En effet, il se concentre majoritairement dans les zones granitiques et volcaniques. En outre, il s’accumule dans les espaces clos. C’est pourquoi le radon se retrouve principalement dans les habitations. Son importance dépend aussi de l’étanchéité et la ventilation des bâtiments.

Le risque sanitaire 

Ce gaz a été reconnu comme polluant de l’air intérieur par la loi de modernisation de notre système de santé de 2016.  Auparavant, il a été classé comme cancérigène par le Centre international de recherche sur le cancer, et ceci depuis 1987 . De surcroît, c’est le 2 -ème facteur de risque du cancer du poumon. En conséquence et de part leurs caractéristiques géologiques, 31 départements français sont classés comme prioritaires pour ce potentiel risque affectant la santé humaine.

Les mesures prises 

Face à de tels enjeux sanitaires, il est nécessaire de prendre des mesures adéquates. C’est pourquoi la directive européenne 2013/59/Euratom du Conseil européen renforce les dispositions à prendre en la matière par les différents Etats. Il est par exemple obligatoire de faire effectuer des mesures par organismes agréés par tout propriétaire ou exploitant d’un Etablissement Recevant du Public (ERP) situé dans une zone radon à potentiel moyen à élevé.

Du côté français, l’ASN en collaboration avec les ministères de la santé, de l’environnement, de la construction et du travail (co-responsables), les experts nationaux et les acteurs régionaux, a publié le plan national d’action 2016-2019 pour la gestion du risque lié au radon. 
Ce troisième plan en la matière, s’articule autour de trois axes :
• Mettre en place une stratégie globale d’information et de sensibilisation et développer les outils pour la collecte et le partage de l’information
• Poursuivre l’amélioration des connaissances
• Mieux prendre en compte la gestion du risque dans les bâtiments

In fine, pour pouvoir appréhender convenablement cette problématique, il faut au préalable communiquer autrement mais surtout davantage.

 

Sources :

Le rapport de l’ASN sur l’état de la sûreté nucléaire et la radioprotection en France en 2016
https://www.asn.fr/annual_report/2016fr/

Plan national d’action 2016-2019 pour la gestion du risque lié radon, ASN
https://www.asn.fr/Informer/Dossiers-pedagogiques/Le-radon/Plans-nationaux-d-action-pour-la-gestion-du-risque-lie-au-radon/Plan-national-d-action-2016-2019-pour-la-gestion-du-risque-lie-au-radon

http://www.irsn.fr/FR/connaissances/Environnement/expertises-radioactivite-naturelle/radon/Pages/Le-radon.aspx

Image libre de droit : https://pixabay.com/fr/dosim%C3%A8tre-compteur-geiger-1062271/

Partagez!Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *