Une expérience de blockchain pour smartgrid à Lyon

Partagez!Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

C’est en partenariat avec les sociétés Stratumn (spécialisée dans la technologie du blockchain), Energisme (spécialisée dans la gestion d’énergie) et Microsoft que Bouygues Immobilier va tester la technologie du blockchain afin de permettre un échange d’énergie entre habitants au sein du quartier de Lyon Confluence d’ici début 2017.

 

solar-panel-1393880_960_720

Source

 

L’idée est d’utiliser l’énergie produite à partir des panneaux photovoltaïques qui se trouveront sur l’ensemble des toits du quartier, et dont la gestion énergétique sera assurée par la société Energisme, pour alimenter en énergie locale, énergie qui pourra faire l’objet d’échanges, le quartier de Lyon Confluence. C’est pour rendre ce partage possible qu’intervient la technologie complexe de la blockchain. La blockchain va permettre de stocker et de transmettre des informations, en toute transparence et de manière sécurisée, de tous les échanges effectués au sein d’un groupe de participants donné. Cette technologie, ou base de donnée, fonctionne sans organe central de contrôle, c’est-à-dire qu’elle est partagée sans intermédiaire unique, ayant le contrôle du système, à tous les utilisateurs.

Et c’est associé à la technologie du smartgrid (réseau de distribution d’électricité « intelligent ») que les utilisateurs, en l’espèce les habitants du quartier, pourront échanger des « crédits énergétiques » : un habitant pourra revendre à son voisin le surplus d’énergie solaire qu’il aura produit.

Ce projet s’inspire d’une expérience effectuée par la coopérative TransActiveGrid à Brooklyn (Etats – Unis), qui a mis en place une gestion collective de l’énergie auto-produite. En France, il a fallu attendre l’ordonnance de juillet 2016 de la CRE (commission de régulation de l’énergie) sur l’autoconsommation d’électricité pour envisager un tel projet, malgré le fait que l’autoconsommation ne faisait aucunement l’objet d’une interdiction et soit déjà mentionnée dans la loi pour la transition énergétique pour une croissance verte. Cette ordonnance pose une base législative pour permettre la création d’un régime juridique aux opérations d’autoproduction et d’autoconsommation d’électricité. Elle permet aussi de mettre en place des opérations d’autoconsommation collective, comme ce sera le cas pour le projet de Bouygues Immobilier à Lyon. L’ordonnance prévoit aussi une dérogation quant à « l’obligation de conclure un contrat de vente avec un tiers pour le surplus d’électricité non consommé« , mais à condition de respecter certaines conditions (les installations concernées devant être de petite taille, entre autre). Autant de choses rendant possible la réalisation d’un tel projet d’échange d’énergie dans le quartier de Lyon Confluence.

Depuis l’allègement de la réglementation en matière d’autoconsommation d’électricité on constate une augmentation du nombre de projet associant la technologie de la blockchain et des panneaux photovoltaïques du fait de l’intérêt économique et personnel de produire et de consommer sa propre électricité.

Caroline WOLFF

 

Sources :

http://energisme.com/fr/wp-content/uploads/2016/10/Communiqu%C3%A9-de-presse-Smart-Grid-Blockchain-Energisme-Bouygues-Immobilier-Stratumn.pdf

http://www.lechodusolaire.fr/bouygues-immobilier-va-deployer-blockchain-smartgrid/

http://www.actu-environnement.com/ae/news/bouygues-blockchain-lyon-photovoltaique-autogestion-smart-grid-27675.php4

http://www.greenunivers.com/2016/07/avis-dexpert-que-dit-lordonnance-autoconsommation-149157/

http://www.actu-environnement.com/ae/news/blockchain-autoconsommation-solaire-start-up-innovation-revolution-27869.php4

Partagez!Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *