La présence de perturbateurs endocriniens dans les bouteilles en plastique d’eau minérale

Partagez!Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Préoccupation sanitaire majeure et régulièrement au cœur du débat en France, les perturbateurs endocriniens représentent des risques non négligeables pour la santé humaine.

 

Un danger pour la santé humaine

 

En effet, un perturbateur endocrinien est un agent chimique capable d’interférer dans le système hormonal d’un organisme.

Pour rappel, les hormones existent pour réguler de nombreux comportements et mécanismes du corps tels que la croissance, la puberté, la faim, la satiété, la libido, le sommeil, le rythme cardiaque…

Et justement les perturbateurs endocriniens ayant des propriétés chimiques semblables, sont capables d’imiter les hormones et de se fixer sur les organes à leur place.

Ainsi, ils bloquent l’action de ces dernières en se fixant en grand nombre sur leurs récepteurs, provoquant notamment des dérèglements hormonaux ayant de lourdes conséquences pour la santé : puberté précoce, problèmes de fertilité, obésité, diabète, hyperactivité, autisme, cancer de la prostate, cancer du sein…

Il existe plusieurs sortes de perturbateurs endocriniens, le plus connu d’entre eux étant le Bisphénol A, substance principalement utilisée pour la fabrication de plastiques et de résines. On le retrouve par exemple dans le plastique rigide et transparent servant à fabriquer des bouteilles recyclables.

 

bottle-940003_1280

Source

 

Le danger est que ce composé peut migrer dans les aliments et les boissons stockés dans le récipient qui contient la substance.

Interdit depuis 2015 en France dans tous les contenants alimentaires, il n’en reste pas moins qu’il est toujours utilisé dans le reste de l’Union européenne.

Ainsi, deux chercheurs allemands ont mené des études sur la présence de perturbateur endocrinien dans l’eau minérale en bouteille et dans l’eau du robinet. Il résulte de leurs travaux, publiés dans la revue « Environmental Science and Pollution Research », qu’on trouve effectivement la présence de perturbateurs endocriniens dans les eaux minérales vendues en bouteilles plastiques, mais le défaut d’information sur les emballages alimentaires ne permet pas de connaitre la provenance exacte de ces perturbateurs, toutefois le niveau élevé qu’elles contiennent permet de remettre sérieusement en question l’industrie de l’eau minérale en bouteille plastique.

 

Un impact sur l’environnement

 

Au-delà de ces enjeux sanitaires, il est important de souligner l’impact environnemental de la consommation d’eau en bouteille.

En effet, en plus de présenter un risque pour la santé humaine, les bouteilles en plastique sont néfastes pour la nature, puisqu’il ne faut pas moins de sept litres d’eau pour fabriquer une bouteille en plastique, et c’est sans compter les kilomètres de déplacement qui seront nécessaires à sa commercialisation.

Une alternative, pour le moins durable et économique, serait d’acquérir une bouteille en verre ou encore une gourde, que vous pourrez remplir à partir de l’eau de votre robinet qui est de toute aussi bonne qualité, voire même meilleure.

 

 

Source :

https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Fiche-generale-relative-a-la-reglementation-des-ma

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/03/01/les-perturbateurs-endocriniens-qu-est-ce-que-c-est_5087634_4355770.html

————————————————————————————————————————————————

Lea ZoharLéa Zohar

Etudiante en Master 2 GEDD à la faculté de droit de Strasbourg.

Membre actif de l’association MédiaDroit. Passionnée par la revalorisation des déchets.

Partagez!Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *