Les métiers de l’économie verte

 

Selon l’OCDE, la croissance verte est « un moyen de poursuivre la croissance économique et le développement, tout en prévenant la dégradation de l’environnement, l’appauvrissement de la biodiversité et l’exploitation non viable des ressources naturelles ». Pour cela, il faudra notamment « tirer parti des possibilités de développer de nouveaux secteurs d’activité, technologies et emplois verts, et de gérer la transition vers une écologisation des secteurs plus traditionnels » (1). 

 

Des métiers verts, ou verdissants ?  

Selon l’Observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte (Onemev), en 2017, « près de 4 millions de professionnels exercent un métier de l’économie verte ».

Ces professionnels se distinguent en deux groupes : ceux qui occupent un poste à finalité environnementale (métier vert) et ceux dont le contenu du poste évolue pour intégrer les enjeux environnementaux (métier verdissant). 

En réalité, en 2017, seules 142.000 personnes exercent un métier vert, soit 0,5% de l’emploi total en France. Selon l’Onemev, la grande majorité des métiers verts sont liés « à la production et distribution d’énergie et d’eau (42 %) ou à l’assainissement et au traitement des déchets (36 %)». 

L’immense majorité, soit 3,7 millions de personnes, occupent donc un métier verdissant. Ils représentent, en 2017, 14 % de l’emploi total. Pour être qualifié de verdissant, ledit métier doit intégrer « de nouvelles « briques de compétence » pour prendre en compte de façon significative et quantifiable la dimension environnementale dans le geste métier ». Bien que divers secteurs soient concernés, 37 % des métiers verdissants sont liés au secteur du bâtiment, 19,7 % à celui des transports et 19,8 % à celui de l’industrie.

Verdir les métiers pour réussir la transition écologique 

En 2019, le secteur résidentiel-tertiaire représente 46% de l’énergie totale consommée et est le 3ème secteur le plus émetteur de CO2 derrière les transports et l’industrie. La loi énergie-climat de 2019 a érigé comme objectif la lutte contre les passoires thermiques. La rénovation thermique est donc un « enjeu majeur de la lutte contre le réchauffement climatique »(2). L’ensemble des acteurs de la filière intègrent désormais des objectifs de performance énergétique, aussi bien pour les constructions neuves que pour celles en rénovation.  

Le secteur des transports connait également d’importants changements. Premier secteur émetteur de CO2, il est aussi le second plus gros consommateur d’énergie avec 32 % de l’énergie totale consommée en 2019. Aujourd’hui encore, « le pétrole demeure incontournable dans les transports » avec 90 % de l’énergie consommée « issue de produits pétroliers (gazole, essence, carburéacteurs) »(3). La loi énergie-climat de 2019 a revu à la hausse l’objectif de réduction de la consommation d’énergies fossiles d’ici 2030, passant de 30% à 40%. Les métiers du secteur des transports sont donc amenés à évoluer, notamment par de la sensibilisation et des formations à l’éco-conduite. 

 

Le verdissement de notre économie aura donc un impact direct sur le marché du travail et de la formation. Il ne va pas majoritairement créer de nouveaux métiers mais va surtout contribuer à faire évoluer les métiers existants. Ainsi, « l’adaptation des métiers et de la formation conditionne la réussite de la transition écologique et énergétique » (4). 

 

(1) OCDE, Pourquoi une Stratégie pour une croissance verte ? 27-28 mai 2010.

(2) Ministère de la Transition écologique, Loi énergie-climat, 16 janvier 2020.

(3) Ministère de la Transition écologique, Datalab, Chiffres clés de l’énergie, Édition 2020, septembre 2020.

(4) Ministère de la Transition écologique, L’évolution des métiers et compétences, 7 février 2019.

 

Sources :

http://www.oecd.org/fr/croissanceverte/45355903.pdf

https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/sites/default/files/2020-10/document_travail_50_onemev_2019_octobre2020.pdf

https://www.ecologie.gouv.fr/loi-energie-climat

http://www.epsilon.insee.fr/jspui/bitstream/1/134305/1/SDES_data_chiffres_energies_2020.pdf

https://www.insee.fr/fr/statistiques/2015759#graphique-figure1

https://www.ecologie.gouv.fr/levolution-des-metiers-et-competences

A propos de Jade ROSEZ

Titulaire d'une Licence en Droit et d'un premier Master Métiers de l'Accompagnement Politique en apprentissage chez EDF en tant que Chargée de mission Ancrage Territorial, j'ai décidé de me spécialiser dans le domaine des énergies en effectuant un second Master Droit et gestion des énergies et du développement durable.

Jade ROSEZ

Titulaire d'une Licence en Droit et d'un premier Master Métiers de l'Accompagnement Politique en apprentissage chez EDF en tant que Chargée de mission Ancrage Territorial, j'ai décidé de me spécialiser dans le domaine des énergies en effectuant un second Master Droit et gestion des énergies et du développement durable.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.