Le vrac : une nouvelle manière de consommer ?

Le vrac a depuis ces dernières années, le « vent en poupe » ! En effet, même s’il ne représente que 0,5% du marché de l’alimentation, l’enquête Kantar affirme que 47% des consommateurs ont acheté de cette manière au cours des derniers mois.

Le vrac a tout pour séduire, mais doit encore relever des défis afin de s’imposer sur le marché de l’alimentation.

Les atouts du vrac

Le vrac consiste à limiter, voir à supprimer les emballages. Les consommateurs utilisent ainsi des matières telles que le papier, le tissu ou encore le verre… Tout type de contenant pouvant être facilement recyclables et/ou biodégradables ou réutilisables. Cette manière d’acheter favorise la réduction de consommation de déchets par personne, sachant que chaque français jette en moyenne 80kg d’emballages par an ! Le vrac est donc un moyen de moins polluer, mais également de limiter le gaspillage alimentaire, car il s’agit de revenir à une consommation plus mesurée… et c’est le cas de le dire ! En effet, le consommateur n’achète que ce dont il a besoin (quantité en nombre, au poids etc.), ce qui lui permet d’arrêter d’accumuler dans ses placards, mais également de moins jeter, tout simplement.

Enfin, le vrac a pour intérêt de soulager notre porte feuille et de favoriser les circuits courts et donc l’économie locale et éco-responsable.

Les défis du vrac

Malgré les nombreux avantages que représentent le vrac, ce dernier vient profondément modifier la manière de consommer des particuliers. En effet, il nécessite l’adoption de nouvelles habitudes telles que : prendre ses contenants, organiser ses courses et ses placards afin d’anticiper les quantités achetées etc.

Le vrac est également parfois couteux en temps, car il peut nécessiter d’aller dans plusieurs magasins différents. Il s’agit ici d’un défaut dû à l’essor du vrac, où le consommateur ne trouve pas tous ces produits dans une seule grande surface.

Le vrac est-elle l’économie de demain ? Peut-être… Mais il va falloir qu’elle relève les nombreux défis qu’on lui impose (développer ses gammes, traçabilité des produits, conseils d’utilisation, dates de péremption…), et que ce nouveau mode de consommation parvienne à s’imposer au sein de notre manière de consommer.

Auteur : Julien Theriot

Sources :

https://www.pexels.com/fr-fr/photo/nourriture-aliments-sain-verre-3737639/

https://www.lecho.be/monargent/dossier/consommationdurable/le-zero-dechet-nous-permet-de-realiser-60-d-economies/10003849.html

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/agroalimentaire-biens-de-consommation-luxe/consommation-durable-le-grand-retour-du-vrac-815493.html

https://www.leparisien.fr/environnement/initiatives-environnement/consommation-les-atouts-et-les-defis-du-vrac-17-10-2019-8172549.php

A propos de Julien THERIOT

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.