Deepki : la start-up qui révèle le gaspillage énergétique des bâtiments tertiaires pendant le confinement 

 

La rénovation énergétique des bâtiments qu’ils soient publics ou privés constitue l’une des priorités du plan de relance français. L’enjeu est de taille car d’après une étude réalisée pendant le confinement, bon nombre de bâtiments tertiaires ont continué de consommer comme s’ils étaient pleinement occupés.  

Les résultats de l’étude

Pendant le confinement, la start-up Deepki est venue évaluer la consommation énergétique de 3 500 bâtiments tertiaires (bureaux, hôtels, restaurants, commerces, etc.) répartis sur l’ensemble du territoire français. Cette enquête a montré que 40 % des sites étaient mal régulés. Autrement dit, ces sites continuaient de consommer comme en temps « normal ». Pour avoir une meilleure représentation, cela équivaudrait à 123 000 euros de dépenses inutiles par semaine. 

Méthodologie de calcul

L’objectif premier de la société a été de déterminer ce qu’elle appelle « le talon », c’est-à-dire la consommation de référence. Pour cela, la société a décidé de se focaliser sur une plage horaire particulière : la nuit entre 2 h et 5 h pour chaque jour du mois précédent le confinement. En effet, les bâtiments étant fermés au public à ces moments, la consommation enregistrée correspond donc au minimum de consommation. Ainsi, toutes les consommations supérieures au « talon » sont considérées comme étant du gaspillage. 

Le confinement ayant obligé de nombreux bâtiments du secteur tertiaire à ne plus recevoir de public, leur consommation aurait du être égale au « talon ». Or, lorsque Deepki a comparé la consommation énergétique avant et pendant le confinement, elle s’est aperçue que c’était loin d’être le cas. 

Ce qu’il faut retenir 

La société s’est aperçue que bon nombre de bâtiments inoccupés ont continué à consommer bien plus d’énergie que nécéssaire. Pour les dirigeants de Deepki, ce gaspillage est surtout révélateur d’un mauvais pilotage de la consommation énergétique des bâtiments. Ce qui signifie que les bâtiments pourraient déjà commencer à réduire leur consommation énergétique rien qu’en installant un système de gestion permettant de programmer le chauffage, la ventilation, l’éclairage, etc. 

Pour ce secteur d’activité le temps presse puisqu’un décret publié et entré en vigueur le 1er octobre 2019, oblige les bâtiments tertiaires de plus de 1 000 m² à réduire leur consommation énergétique de 40 % d’ici 2030.

Zoé Dupont-Vallée

Sources et informations supplémentaires

Étude Deepki : https://coriolink.hosting.augure.com/Augure_CorioLink/r/ContenuEnLigne/Download?id=32F62B98-5049-45C8-9E67-7B21249031F1&filename=Deepki_Etude_Ce%20que%20le%20confinement%20nous%20apprend%20sur%20la%20régulations%20des%20bâtiments.pdf

Le Figaro Immobilier : https://immobilier.lefigaro.fr/article/energie-984-000-eur-ont-ete-gaspilles-dans-le-tertiaire-durant-le-confinement_a2544edc-fa51-11ea-9ef3-0e4e93e7a417/

Batirama : https://www.batirama.com/article/34666-enquete-40-des-batiments-tertiaires-gaspillent-l-energie.html

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.