La couleur d’une peinture est une affaire esthétique ou bien a-t-elle un autre rôle ?

     

Les couleurs sont l’une des choses essentielles dans la vie, qui jouent un rôle important dans la diffusion de l’optimisme, de la beauté, de l’harmonie et du confort parmi les gens. L’importance des couleurs apparaît aussi sur la personne, dans tous les différents aspects et domaines, tels que la littérature, l’art, les sciences sociales, les sciences psychologiques matérielles, le moral et autres. Sans les différents degrés de couleurs, les gens deviendraient prisonniers de l’ennui et de la routine, l’importance des couleurs se voit aussi dans la nature qui est le plus grand tableau de beauté et d’harmonie des couleurs les uns avec les autres.

Cela peut sembler hors de propos, mais saviez-vous que les couleurs que nous choisissons pour peindre les murs des pièces ou de la maison vont bien au-delà de l’esthétique pure, mais c’est aussi une question d’efficacité énergétique et d’environnement.
Les peintures choisies et leurs intensités se comportent d’une manière différente face aux rayonnements émis par le soleil, que ce soit des rayonnements visibles (lumière) ou invisibles (ultraviolet et infrarouge). Il faut signaler que la couleur n’est pas la seule qui est en jeu : les divers composants d’une peinture déterminent comment le rayonnement est absorbé ou réfléchi, et comment l’élément peint peut rayonner de la chaleur.

Des plafonds et des murs clairs émettent plus de lumière et diminuent le besoin en éclairage :
Les murs intérieurs d’une maison qui sont peints en blanc renvoient dans les pièces presque 75 % de la lumière qu’ils reçoivent- qu’elle provienne d’une lampe ou du soleil. Le mur réfléchit presque la même quantité de lumière s’il est peint en jaune, mais plus que la moitié s’il est peint en bleu. Recouvert d’une peinture noire, le mur réfléchit moins d’un vingtième de la lumière qui lui parvient. Ainsi, plus la couleur d’une pièce ou d’une chambre est sombre, et plus il faut de puissance lumineuse pour l’éclairer. Par conséquent, un mur ou un plafond sombre (foncé) rend l’éclairage indirect inefficace ce qui veut dire qu’il est préférable d’installer des luminaires dirigés directement sur les endroits à éclairer.

Savez-vous qu’il y a des teintes colorées plus lumineuses que certains blancs?
La luminosité (ou la clarté) d’une peinture indiquée dans la documentation du fabricant, ou sur le pot, donne la valeur réfléctance de la lumière (LRV, Light Réflectance Value). C’est une valeur très importante à consulter si on veut minimiser nos dépenses sur les énergies, car, cette valeur de LVR, qui va de 20 jusqu’à 90, peut faire une différence importante en matière d’utilisation de l’énergie pour l’éclairage. Prenons en exemple le blanc qui peut avoir une LVR de 70 à plus de 90, ce qui veut dire qu’il peut refléter jusqu’à 90% de la lumière qu’il reçoit. En revanche, le rouge vif (sa LRV varie entre 20 et 35) peut refléter au plus, 35 % de la lumière. Il faut savoir que certains fabricants utilisent des composants réfléchissants pour améliorer la performance lumineuse de leurs produits (teintes). Ainsi les bleus pastels et les verts ont une grande proportion de blanc, et peuvent atteindre une LRV plus grande que celle d’une couleur blanche ordinaire.

Avec les années, un mur ou un plafond blanc peut perdre jusqu’à un tiers de sa luminosité, laver le plafond de la cuisine ou repeindre celui du salon peut donc améliorer sa capacité lumineuse et donc son efficacité pour l’éclairage. Il faut savoir alors qu’une peinture lavable, qui est généralement brillante, a tendance à renvoyer la lumière plus qu’une peinture mat. Mais elle n’est pas forcément la meilleure à utiliser, car elle renvoie la lumière en ricochet ce qui peut être gênant pour le confort visuel, c’est pourquoi, quelquefois, il vaut mieux utiliser une peinture mat qui diffuse la lumière dans tous les sens.

Les peintures destinées aux façades des bâtiments doivent subir plus de contraintes que celles prévues pour les murs intérieurs. Dans une journée de plein été, une couche rouge bordeaux peut dépasser les 80 degrés, tandis qu’une façade jaune reste autour des 65 degrés. En plus de l’effet négatif de l’excès de chaleur, une peinture foncée subit aussi de plus grandes variations de température (par exemple lorsqu’un nuage passe devant le soleil) ce qui affecte les composants de cette dernière ainsi que son efficacité à refléter la chaleur.

 

Sources:

https://www.energie-environnement.ch/le-saviez-vous/1402-la-couleur-d-une-peinture-peut-influencer-la-consommation-d-energie

http://alrai.com/article/1017141

A propos de Nasreddine MEDIA

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.