Déconfinement : le vélo a la cote !

 

Port du masque, respect de la distanciation physique, télétravail… De nombreuses mesures ont été envisagées pour que le déconfinement se passe au mieux. Parmi celles-ci, le gouvernement a annoncé un plan de 20 millions d’euros, augmenté à 60 millions fin mai, pour encourager la pratique du vélo. Ce mode de déplacement permet à la fois de respecter les gestes barrières et de limiter les émissions de gaz à effet de serre (GES).

 

Après deux mois passés confinés chez eux, les Français sont autorisés, depuis le 11 mai, à sortir et se déplacer sans attestation. Mais attention, si la vie reprend doucement, l’épidémie n’est a priori pas finie, d’où le fameux « plan de déconfinement ». Les annonces concernant les transports en commun sont apparues comme un véritable challenge. Si la tentation de reprendre sa voiture pour éviter les bus bondés et limiter les risques de contamination est grande, il existe des alternatives aussi bénéfiques sur le plan sanitaire qu’environnemental. Ainsi, le gouvernement a fait le choix d’encourager massivement la pratique du vélo comme « moyen de transport quotidien ou occasionnel, lorsqu’il est adapté aux besoins de déplacements des usagers » (Ministère de la Transition écologique et solidaire, 2020).

 

Le soutien des pouvoirs publics

L’opération « Coup de pouce vélo », doté d’un budget initial de 20 millions d’euros, a notamment pour objectif de permettre la prise en charge de réparations (prime de 50 euros par bénéficiaire offerte par l’Etat), la création de places de stationnements temporaires et des formations. Face à l’emballement de la population pour ce dispositif, le budget a été revu à la hausse et porté à 60 millions d’euros. Elisabeth Borne, ministre en charge des transports et de la transition écologique et solidaire, a confirmé son engagement en faveur des mobilités actives en invitant les élus locaux à pérenniser les aménagements réalisés pendant cette période de déconfinement. En effet, de nombreuses villes ont rapidement su adapter l’espace public à ce nouveau mode de vie. Rennes, Nantes, Paris, et bien d’autres villes ont ainsi misé sur l’amélioration des conditions de circulation et la sécurité des cyclistes. Strasbourg par exemple, déjà leader sur le sujet, a renforcé ses infrastructures en investissant 250 000 euros. La ville a notamment permis l’élargissement des pistes cyclables et le partage des voies bus-vélo.

 

Un engouement justifié

Dès la première semaine de déconfinement, l’association Vélo et territoires note en France une hausse de l’usage du vélo de 44%. Les 182 compteurs installés sur le territoire ont permis d’enregistrer cette augmentation très significative de la fréquentation des pistes cyclables, par rapport à « l’avant confinement ». Comparée à la même semaine en 2019, la hausse s’évalue à 11%. De plus, il s’avère que ces chiffres réjouissants sont d’autant plus importants en milieux périurbains et ruraux, qui ont vu l’usage du vélo bondir respectivement de 138% et 197%. Le vélo n’est donc certainement pas réservé aux citadins privilégiés. Et si ce mode de déplacement a le vent en poupe, ce n’est pas pour rien : à l’heure de l’épidémie du Covid-19, le moins de temps nous passons dans les transports en commun et les lieux clos, le mieux ce sera. La bicyclette permet donc une meilleure mise en œuvre de la distanciation physique. Au-delà de l’enjeu immédiat de santé publique, de nombreux scientifiques ont mis en lumière les bénéfices physiques et psychiques de la pratique régulière du vélo, et ce bien avant l’épidémie. Sans même parler d’une activité sportive intense, une étude danoise conclue en 2000 que la pratique cycliste sur les trajets domicile-travail permet une diminution de 28% du risque de mortalité précoce (étude menée sur 30 000 individus, hommes et femmes âgés de 20 à 93 ans). Bon pour la santé et pour le moral, les déplacements à vélo présentent encore de nombreux avantages : réduction des émissions de GES, faibles dépenses énergétiques, adaptés à tous les besoins. Vous l’aurez compris, le vélo, c’est vraiment la petite reine du déconfinement.

 

 

Sources :

https://www.huffingtonpost.fr/entry/velo-deconfinement-a-explose_fr_5ec646f0c5b63b1fa9894561

https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/plan-velo-des-mesures-concretes-faciliter-lusage-du-velo 

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/05/30/elisabeth-borne-appelle-a-perenniser-les-pistes-cyclables-temporaires_6041263_3234.html 

https://actuvelo.fr/2020/05/03/deconfinement-et-velo-rennes-devoile-ses-amenagements/

https://www.strasbourg.eu/web/strasbourg.eu/-/webmag-des-amenagements-pour-les-cyclistes 

https://www.fub.fr/velo-ville/environnement/velo-bon-sante-moral#_ftn1

A propos de Eva CECCARELLI

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.