Où en est le projet desertec ?

 

La plus grande ressource d’énergie techniquement accessible sur la planète est disponible dans les régions désertiques autour de l’équateur. Le concept DESERTEC a été conçu dans le but de mettre les déserts et la technologie au service d’une sécurité renforcée dans le domaine de l’énergie, de l’eau et du climat. Dans ce but l’Europe, le Moyen Orient (Middle East) et l’Afrique du Nord (EU-MENA) commencent à coopérer pour la production d’électricité et d’eau dessalée en utilisant l’énergie solaire thermique à concentration et des éoliennes dans les déserts du MENA.

Desertec est un concept qui prévoit un approvisionnement énergétique durable de toutes les régions du monde grâce à l’exploitation du potentiel énergétique des déserts.

DII (Desertec Indusrial Initiative)  est une initiative industrielle dont l’objectif global est la mise en œuvre de ce concept dans la région EU-MENA (Europe, Moyen-Orient et Afrique du Nord). Son objectif spécifique est de créer les conditions favorables à l’exploitation de l’énergie solaire et éolienne dans les déserts. L’énergie des déserts servira tout d’abord à répondre à la demande locale des pays producteurs, mais pourra également être exportée vers l’Europe. Il ne s’agit pas d’un projet centralisé et isolé, mais plutôt d’un concept global. Il en découlera de nombreux projets individuels qui seront mis en place en coopération avec les acteurs locaux (gouvernements, entreprises) afin de produire et transporter l’électricité verte.

Où en est le programme desertec ?

Une dizaine d’années après son  lancement, le  projet desertec est presque enlisé dans les sables du désert. Le taux de réalisation est bien loin des objectifs prévus de ce programme car le projet a rencontré plusieurs contraintes politiques, économiques et  surtout financières car c’est un projet qui va coûter environ 400 milliards d’euros.

La présence la plus signifiante du programme desertec était au Maroc, avec la réalisation d’une centrale solaire thermodynamique de 160 MW qui est considérée comme l’une des plus grandes centrales en Afrique.

Pour la Tunisie, elle est représentée par la STEG (Société Tunisienne d’Electricité et de Gaz), et la fondation Desertec, représentée par Dii, ont signé le 4 novembre 2010 un mémorandum d’entente pour une étude de préfaisabilité d’un projet de production de 500 mégawatts d’électricité verte. Ces 500 mégawatts (MW) se divisent comme suit : 250 MW en solaire concentré ; 125 MW en photovoltaïque ; 125 MW en éolien. Mais pour le moment il n’y a qu’une seule centrale qui a été faite et qui a une capacité de 10 MW, ce qui représente 2% seulement des objectifs prévus.

Pour le cas Algérien, sa position était toujours réservée concernant ce projet, sachant que le désert algérien est considéré comme un acteur important dans le projet. Vers 2014 le projet n’était pas très intéressant économiquement pour le pays car les rentes pétrolières étaient très rentables à cette époque. Vers la fin de 2019, l’Algérie commence à s’intéresser à ce projet, le 12 avril dernier, le ministre algérien de l’énergie a annoncé la relance du projet et soulignant que les négociations avancent à grands pas et qu’un accord préliminaire est signé.

Pour le Moyen-Orient, les travaux sont toujours très en retard, parfois bloqués, mais la situation là-bas est beaucoup plus prometteuse car la région a ouvert ces bras pour le développement des énergies renouvelable notamment l’Arabie Saoudite, le Qatar et les Émirats Arabes unis.

Malgré que le taux de réalisation du programme desertec est toujours loin des objectifs prévus, mais le projet est toujours vivant et pas mort d’après le site de la fondation desertec cas le vieux continent cherche toujours à sécurisé ces approvisionnements et à trouver un substituant aux énergies fossiles

 

Sources:

Clean and dispatchable power for everyone

L’Algérie et l’Allemagne signent un accord pour le lancement de « Desertec »

https://www.batiactu.com/edito/ou-est-projet-desertec-production-enr-au-sahara-49732.php

 

 

A propos de Nasreddine MEDIA

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.