Transition écologique à l’ère de Covid 19

 

Usines fermées , avions cloués au sol, consommation et déplacements en chute libre…

Les mesures de confinement prises en Chine sont devenues par la suite obligatoires dans les autres pays du monde, pendant que les êtres humains sont en guerre contre le virus, la planète, elle, profite d’un répit bien mérité.

Parmi les  bienfaits écologiques de cette pandémie, on observe une diminution drastique de la pollution de l’air. La Chine, la première puissance mondiale, embrumée en pollution, a pu revoir un ciel bleu après quelques jours de confinement, elle pourrait avoir des effets bénéfiques en termes de santé publique, vu que la pollution a diminué de 20 à 30 % pendant cette crise, et plusieurs vies seront sauvées ultérieurement.

Les images satellites suivantes, illustrent bien la diminution de la pollution atmosphérique liée aux activités humaines pendant la période Covid 19 en Chine :

Pollution atmosqphérique liée aux activités humaines

Carte créée par la Nasa à partir des données du satellite Sentinel-5 de l’ESA montrant les concentrations en dioxyde d’azote en Chine, en janvier et février 2020. ESA / NASA, CC BY-SA.Source :Le Point.fr

Le « nuage » orange représente la quantité en dioxyde d’azote (NO2)  dans l’air de la Chine en janvier 2020. Ce gaz est relâché dans l’air principalement par les véhicules et les installations industrielles, il peut causer des problèmes respiratoires sérieux. Un mois plus tard, on remarque que le « nuage » a quasiment disparu de la même zone.

Autre gaz aussi toxique, et responsable de nombreux décès dans le monde, a diminué pendant cette période, il s’agit du monoxyde de carbone (CO), on remarque sa diminution en Chine et dans le Nord de l’Italie en février 2020 comparé aux années précédentes, grâce aux données d’un autre satellite : IASI.

Monoxyde de carbone mesuré par la mission satellite IASI en Chine (à gauche) et en Italie (à droite). Comme ce gaz persiste plusieurs semaines dans l’atmosphère, l’impact ne se limite pas aux zones confinées mais s’étend aussi aux alentours.Source Le Point.fr

Cette pandémie est considérée comme un l’électrochoc inattendu et devrait servir d’alerte pour que l’être humain prenne conscience de son empreinte sur l’environnement, repense son modèle économique, et mène une politique ambitieuse de transition écologique .

Dans cette perspective, les mesures économiques et les aides financières qui seront versées aux entreprises à l’issue de la crise, peuvent être un vecteur de transformation, elles ne doivent pas seulement servir à compenser leurs pertes pour revenir à la situation de départ. Mais l’État devra jouer le rôle d’un  planificateur économique qui oriente ses investissements vers une  une économie décarbonée.

Source:

https://www.lepoint.fr/environnement/coronavirus-c-est-une-occasion-unique-d-operer-une-veritable-transition-ecologique-19-03-2020-2367867_1927.php#

https://www.lepoint.fr/sciences-nature/quand-les-effets-du-covid-19-se-voient-depuis-l-espace-11-03-2020-2366739_1924.php

A propos de Ghita BENKHALDOUN

Étudiante en M2 Droit et Gestion des Énergies et de Développement Durable ,à la Faculté de Droit ,Sciences Politiques ,et Gestion de Strasbourg .

Ghita BENKHALDOUN

Étudiante en M2 Droit et Gestion des Énergies et de Développement Durable ,à la Faculté de Droit ,Sciences Politiques ,et Gestion de Strasbourg .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.