Le renforcement de la cooperation franco-allemand par le biais du Traité d’Aix la Chapelle

 

Le traité d’Aix la Chapelle qui a été signé le 22 janvier 2019, par le Président de la République française Emmanuel Macron, et la Chancelière de la République fédérale d’Allemagne, Angela Merkel est entré en vigueur le 22 janvier 2020. Ce traité est consideré comme une suite du traité de l’Elysée qui visait la cooperation notamment dans les domaines de la défense, les affaires étrangères et l’éducation. Or, le but actuel du traité d’Aix la Chapelle est de renforcer la coopération déjà existante dans les différents domaines, ainsi que leur élargissement.

 

Source: https://www.lemondedudroit.fr/institutions/62097-traite-aix-la-chapelle-22-janvier-2019-reaction-fondation-droit-continental.html

La cooperation entre la France et l’Allemagne remonte à 1963 lorsque le traité de l’Elysée a été conclu. En effet, celui-ci fût le traité de réconciliation après une longue durée d’affrontements franco-allemand. Le traité de l’Elysée visant à rapprocher les deux nations fut également déterminant pour la construction européenne à l’époque. En tenant compte du fait que la France et l’Allemagne représentent la plus grande partie de la population de l’Union européenne, leur accord facilite l’adoption de certaines décisions au niveau européen.

Le traité d’Aix la Chapelle prévoit la coopération en matière de politique européenne et étrangère, de défense, de la sécurité extérieure et intérieure, de la culture, de l’enseignement, de la recherche et de la mobilité, de l’énergie et du climat. A cet effet, les 15 projets prioritaires portant sur ces domaines ont été fixé par le Conseil des ministres franco-allemand.

En matière de la politique européenne et étrangère il est stipulé que toutes les décisions prises par la France ou l’Allemagne doivent être prise conjointement, en se consultant régulièrement et « en s’efforçant de renforcer la capacité d’action autonome de l’Europe ».

Dans le secteur de climat et de l’énergie, il est envisagé de rédiger un plan commun franco-allemand dans les stratégies nationales pour la transition énergétique. Pour atteindre cet objectif, il faut assurer l’échange des expériences dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique entre les deux pays. En outre, l’Office franco-allemand pour la transition énergétique (ci-après OFATE) a été établi en 2006, initialement nommé comme un Bureau de coordination énergie éolienne. Comme son nom l’indique, à la base, le bureau a été institué pour dévélopper notamment les projets éoliens. Cependant, la coopération bilatérale réussie a entraîné l’élargissement des projets, en impliquant d’abord des projets sur l’énergie solaire, ensuite la bioénergie, et finalement, la transition énergétique. La mission principale de l’OFATE consiste en la promotion des énergies renouvelables et la réalisation de la transition énergétique en France et en Allemagne.

Le traité d’Aix la Chapelle inclue un chapitre sur la coopération transfrontalière qui est indispensable pour inciter des peuples et des entreprises à collaborer.  Les collectivités locales et les autres autorités locales transfrontalières sont les acteurs cibles qui jouent un rôle clef dans la mise en oeuvre des projets. À cette fin, selon le traité, la France et l’Allemagne accordent aux collectivités territoriales des territoires frontaliers des compétences, des ressources et des procédures accélérées pour assurer la réalisation de projets transfrontaliers, en particulier dans les domaines économique, social, environnemental, sanitaire, énergétique et des transports.

Parmi les projets mis en œuvre dans le cadre de la cooperation franco-allemand on peut citer TANDEM. Il s’agit d’un projet qui porte également sur la protection du climat et la transition énergétique par le biais de la coopération à l’échelle locale. C’est à dire que les collectivités des deux pays agissent conjointement en réalisant divers projets climatiques et énergétiques, mais font également l’échange des connaissances.

Cette coopération devenant de plus en plus forte est essentielle non seulement pour la France et l’Allemagne, mais aussi pour assurer « l’esprit de la solidarité » au sein de l’UE. C’est une preuve de la possibilité de collaboration malgré tout.

 

Sources:

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.