Pollution de l’air dans les grandes villes en France : la région Auvergne Rhône-Alpes à bout de souffle

 

Le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé est l’article premier de la charte de l’environnement de 2004 et a valeur constitutionnelle dans le droit français. Pourtant en France 48 000 décès pourraient être évités si le niveau d’exposition à la pollution de l’air dans les grandes villes comme Lyon respectait les seuils fixés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Malgré des améliorations, la France a été condamnée par la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) pour avoir manqué à ses obligations.

L’impact de la pollution dans les grandes villes sur la santé

Dans le monde, 9 personnes sur 10 respirent un air beaucoup trop pollué qui est la cause de 7 millions de morts chaque année. Pour ce qui est de la France 1 décès sur 10 serait lié à la pollution d’après l’OMS.

La pollution atmosphérique provient de multiples sources. Il peut s’agir de la pollution liée à l’habitat due au type de chauffage notamment, mais surtout dans les grandes villes la pollution est majoritairement liée au trafic routier et à l’industrie. Les émissions qu’engendrent ces différents milieux aggravent la pollution aux particules fines que nous connaissons, mais aussi les émissions d’oxydes d’azote de dioxyde de soufre et bien d’autres.

Dans de trop grandes proportions, ces émissions sont nocives pour la santé et le bien-être des habitants, alimentant l’éco-anxiété. En effet, rappelons que les personnes les plus vulnérables sont les enfants jusqu’à 12 ans et les personnes âgées puisqu’ils possèdent un organisme moins bien protégé. Plus généralement les personnes souffrant de maladies respiratoires telles que l’asthme ou de maladies cardio-vasculaires sont davantage impactées par les pics de pollution.

Inversement, la pollution de l’air peut accroitre le nombre de ces pathologies à court et long terme ainsi que des maladies neuro-dégénératives. Elle provoque aussi des naissances prématurées ainsi que des problèmes de développement respiratoire chez les nouveaux nés, elle augmente le risque d’AVC et contribue à la baisse de la fertilité. L’OMS a classé la pollution de l’air comme « cancérigène certain ». De plus, des études ont montré que vivre à proximité d’un trafic automobile dense peut être responsable des nouveaux cas d’enfants atteint d’asthme entre 15 et 30%. Pour vous donner une idée plus concrète, une étude a démontré que passer par exemple 4 jours à Paris a un impact similaire sur les poumons que la consommation de 2 cigarettes.

La France, condamnée pour la mauvaise qualité de son air

La CJUE a condamné la France le 24 octobre 2019 pour avoir échoué dans le respect de ses obligations vis-à-vis de la direction de 2008 « qualité de l’air ». La raison est le taux de pollution trop élevé émis par les grandes villes françaises telles que Paris, Marseille, Lyon, Nice, Toulouse, Strasbourg etc. En effet, malgré les plans et programmes mis en place, la Cour a estimé que « la France a dépassé de manière systématique et persistante la valeur limite annuelle pour le dioxyde d’azote depuis le 1er janvier 2010 ». La CJUE avait pourtant prévenu à maintes reprises la France. Avant elle, ce fut la Pologne et la Bulgarie qui ont été condamnées en 2017, sans amande pour le moment.

Zoom sur la région Auvergne Rhône-Alpes

La région Auvergne Rhône-Alpes et plus particulièrement Lyon, Villeurbanne et Grenoble dépasse très régulièrement les seuils de pollution recommandés par l’OMS. Ces villes sont malheureusement situées chaque année en haut du palmarès des villes les plus polluées de France au côté des autres métropoles. Ces dépassements sont dus à leur position géographique mais surtout au non-respect des réglementations européennes malgré les efforts récents.

En effet, l’agglomération de Lyon compte plus d’un million d’habitants et est très souvent en tête du classement. Les raisons sont nombreuses. Il s’agit de la ville comptant le plus de sites sensibles et pollués (une soixantaine) contribuant à élever le taux de dioxyde d’azote, de particules fines mais aussi à polluer davantage les sols. Une étude a montré que 53% des crèches et écoles de Lyon et ses environs sont sujettes à des niveaux illégaux de pollution issue de dioxyde d’azote.

Pour ce qui est de Grenoble, la ville n’est géographiquement pas avantagée. En effet la pollution stagne puisque la ville est située dans une vallée, en plein cœur des montagnes. Une politique de lutte contre la pollution a été mise en place pour que Grenoble réussisse à s’adapter aux nomes européennes. Il est ressorti d’une étude qu’à Grenoble 7% des cancers du poumon provenaient de la pollution de l’air.

En 2019 à Villeurbanne, la mère de Timon, 9 ans, a saisi le tribunal administratif de Lyon en affirmant que les toux incessantes de son fils étaient liées aux pics de pollution.  Elle a donc porté plainte contre la ville, la Métropole de Lyon ainsi que l’État. Suite au jugement, la responsabilité de l’État a bel et bien été reconnue.  Cependant, il n’y a pas eu condamnation car les juges ont estimé que l’on n’avait pas “d’éléments suffisants permettant d’établir un lien de causalité direct et certain entre la faute de l’État et les préjudices dont se prévalait la requérante”.

Pour baisser les émissions à Lyon ainsi que dans les autres grandes villes des mesures sont prises principalement en ce qui concerne la mobilité. Lyon souhaite mettre en place des zones à faibles émissions (ZEF). Cette loi vise à limiter la circulation des véhicules les plus polluants pour un temps donné. Mais pour cela il faut en parallèle améliorer les lignes de transports en commun et les pistes cyclables.

Une chose est sûre, vivre dans des grandes villes devient insoutenable pour les habitants tant physiquement que mentalement. Le droit à un environnement sain, de plus en plus reconnu comme un droit fondamental, n’est donc pas respecté. Il est impératif que les dirigeants mettent en place des mesures contraignantes et efficaces pour respecter les seuils fixés par l’OMS afin de protéger les citadins.

 

 

Sources :

https://sante.lefigaro.fr/article/pollution-de-l-air-palmares-des-villes-francaises-les-plus-polluees/

https://bonheuretsante.fr/classement-2018-pollution-ville-france/.

http://lyon.tribunal-administratif.fr/content/download/165357/1666033/version/1/file/1800362.pdf

https://www.greenpeace.fr/pollution-de-lair-a-lyon/

https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/corps-humain-pollution-atmospherique-impact-sante-4092/

http://www.leparisien.fr/societe/sante/pollution-dans-les-grandes-villes-respirer-c-est-comme-fumer-10-08-2018-7848750.php

https://www.lepoint.fr/editos-du-point/laurence-neuer/pollution-la-condamnation-de-la-france-renforce-le-prejudice-d-eco-anxiete-02-11-2019-2344872_56.php

 

A propos de Laurie NOGUES

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.