Recyclage : la fin de la besogne

 

Le recyclage est l’un des grands enjeux environnementaux de notre société actuelle. Souvent perçu comme compliqué ou comme une charge ménagère, la sensibilisation à celui-ci semble complexe. Cependant, il existe des solutions pour engager la population à recycler plus et mieux.

Le recyclage en quelques données

En 2016, la production de déchets par habitant en France s’élevait à 4,6 tonnes. Ceux-ci provenaient de la construction à hauteur de 3400 kg, des entreprises hors construction pour 700 kg et enfin des ménages à hauteur de 568 kg. Parmi ces déchets, 6 % sont voués à la valorisation énergétique, 29 % sont éliminés et 65% sont recyclés.

Même si majoritairement recyclables, seuls 48% des français recyclent systématiquement leurs déchets. Il apparaît donc nécessaire de sensibiliser davantage la population à la pratique du recyclage.

Une initiation au plus tôt

Il est nécessaire d’inciter la population au recyclage en les sensibilisant notamment dès le plus jeune âge.

Il est possible de faire participer les jeunes à des jeux et activités ludiques, notamment à l’école, vecteur de « l’éducation environnementale » des enfants. On peut par exemple organiser un jeu de mémoire permettant de les familiariser avec les symboles et images en rapport avec le recyclage. On peut aussi poser des déchets dans toute la classe le matin avant que les élèves n’entrent et leur demander de les jeter dans les bonnes poubelles. Le jeu « Je recycle, je jette, je composte », consistant à disposer 3 affiches correspondant à ces trois options sur le mur, puis à distribuer diverses images aux enfants, qu’ils devront coller sur la bonne affiche est également très utile.

Par ailleurs, il est possible d’organiser des ateliers de bricolage à partir d’objets ou déchets du quotidien dont on a plus l’utilité. A l’instar de la pratique de l’Upcycling, pouvant être utilisé tout au long de notre vie, on va pouvoir sensibiliser la population dès le plus jeune âge à l’économie circulaire, la réutilisation et le recyclage.

Là encore les illustrations sont nombreuses, pouvant être la création :

  • D’un jeu de quilles avec des bouteilles en plastiques contenant de l’eau colorée, du sable, ou que l’on aura peintes.
  • De maracas à partir de pots de yaourt remplis de riz puis refermés.
  • D’une maisonnette pour les enfants, faîte avec de grands cartons.
  • D’un télescope avec un rouleau d’essuie-tout.
  • D’instrument de musique comme une guitare ou une batterie, ou encore d’un jeu de téléphone à partir de boîtes de conserve.

Source : photographies personnelles, images libres de droit, Pinterest, depositphotos.com

Diverses initiatives peuvent permettre d’inciter la population au recyclage et ont d’ores et déjà vu le jour.

Un engagement par le jeu

On va ici appliquer la théorie du nudge ou « coup de pouce » en anglais. Cela consiste à orienter (et non contraindre) le comportement des individus dans leur intérêt ou dans l’intérêt général, pour les aider à effectuer les bons choix.

Dans le cas présent cela va consister par exemple en l’installation de jeux dans les espaces publics, tels que des marelles ou des paniers de baskets autour des poubelles. La personne s’amusant tendra à plus facilement recycler. Cette technique a pu être utilisée dans la ville du Havre. Cette pratique est également possible en intérieur comme cela a déjà pu être appliqué en entreprise.

Crédit : @LH_LeHavre (Twitter)

De plus il est possible d’organiser en entreprise des « concours verts » entre services par exemple, où les personnes recyclant au mieux se verraient récompensées. Cela permet un meilleur recyclage en poussant les employés aux bons gestes du quotidien tout en réduisant les déchets et ainsi les coûts pour la société, de manière non contraignante.

Un engagement par un avantage retiré

Les individus peuvent se voir incités par la perspective de faire une bonne action. Cela a pu être expérimenté à Istanbul, où lorsque l’on apporte ses déchets recyclables dans une machine de la société Pugedon, cela nourrit et hydrate les chiens errants, nombreux dans cette ville.

Lorsqu’une récompense est à la clé, cela va inciter au tri et au recyclage. Il existe des machines que l’on peut installer dans les lieux publics ou les locaux d’entreprise, permettant d’obtenir une récompense, ne serait-ce qu’un goodies avec le logo de notre société, ou de pouvoir effectuer un don pour une association ou autre. On peut utiliser un système de jeu, ou de récompense directe en échange d’un certain nombre de bouteilles en plastique par exemple. La machine « Canibal » qui a déjà pu être utilisée dans les structures de Kronenbourg, Primagaz ou McDonald, est une très bonne illustration. Avec cette machine on aura un écran interactif (vidéo, jeu, choix de coupon ou don caritatif), un espace d’affichage, un espace personnalisable et un espace de communication.

Source : objetconnecte.net

A un niveau national, cela a pu être mis en place en Colombie, où des automates distribuent des coupons offerts par une société associée appelée éco-partenaire, en échange de bouteilles en plastique ou de bouchons. Les déchets collectés vont alors en points de recyclage et non en décharges.

Des commerçants ont également pu mettre en place des systèmes pour inciter au recyclage. Le bar Tibu-Ron à Barcelone offre aux clients d’échanger un gobelet rempli de mégots de cigarettes ramassés sur la plage contre une bière. Ce concept a été repris en Bretagne où des commerçants offrent eux une crêpe.

Enfin, il est possible d’engager la population au recyclage en leur permettant de faire des économies ou d’avoir accès à certains services. Des systèmes existent comme à Istanbul, où lorsque l’on insère des déchets recyclables dans les distributeurs automatiques de tickets de métro par exemple, du crédit est ajouté à notre carte de transport.

Par ailleurs en Indonésie, la population peut échanger ses déchets recyclables contre des soins de santé gratuits. Même si ses soins sont basiques, cette initiative permet l’accès à une assurance santé de base tout en permettant de lutter ainsi contre la pauvreté et la prolifération de déchets. Cela est permis en revendant les déchets collectés à des recycleurs, dans le but de collecter les fonds nécessaires pour cette initiative.

En parallèle du développement des défis verts intelligents sur les réseaux sociaux comme le trash tag challenge, les incitations de ce type sont les bienvenues pour permettre de sensibiliser la population au recyclage, qui rappelons-le est un des grands enjeux de notre société actuelle, dans le cadre d’une économie circulaire.

Sources et informations supplémentaires :

A propos de Manuella DEBAIZE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.