Feuille de route pour l’énergie et les énergies renouvelables à l’avenir

 

Comment l’énergie renouvelable jouera son rôle dans la consommation totale d’énergie du monde?

Feuille de route pour l’énergie à l’horizon 2050: vers un secteur énergétique garanti, compétitif et surtout décarboné? Dès à présent on doit produire de l’énergie avec le moins d’émissions de carbone possible.

L’objectif de la feuille de route est d’atteindre les objectifs de réduction des émissions de carbone d’ici à 2050 tout en renforçant la compétitivité de l’Europe et la sécurité de l’approvisionnement. Toute les payes de l’union européenne sont déjà en train de programmer leurs politiques nationales en matière d’énergie pour l’avenir, mais il faut qu’ils unissent leurs forces pour coordonner leurs efforts dans un cadre plus large et général. La feuille de route sera suivie d’autres initiatives portant sur des aspects particuliers de la politique énergétique dans les années à venir, à commencer dès l’année prochaine par des propositions sur le marché intérieur, les sources d’énergie renouvelables et la sûreté nucléaire.

Récemment, la Commission européenne a publié la feuille de route globale vers la décarbonisation, couvrant l’ensemble de l’économie. Tous les secteurs (production d’électricité, transports, secteur résidentiel, industrie et agriculture) ont été analysés. La Commission élabore également une série de feuilles de route sectorielles, dont la feuille de route pour l’énergie à l’horizon 2050 est la dernière, mettant l’accent sur le secteur de l’énergie dans son ensemble et le Share des énergies renouvelables.

L’analyse repose sur des scénarios illustrés combinant, selon diverses configurations, les quatre grands axes de la «décarbonisation» (efficacité énergétique, sources d’énergie renouvelables, nucléaire et captage et stockage du carbone). Aucune de ces combinaisons n’a de chance de devenir réalité comme telle, mais tous les scénarios renferment clairement une série d’options «sans regret» pour les années à venir.

La feuille de route pour l’énergie à l’horizon 2050 recense un certain nombre de principes qui ont des retombé positifs dans tous les cas de figure et permettent, de ce fait, de tracer quelques perspectives fondamentales :

  • la décarbonisation du système énergétique est techniquement et économiquement réalisable. Tous les scénarios de décarbonisation permettent la réalisation de l’objectif de réduction des émissions spécifiquement  le CO2 et peuvent se révéler moins coûteux, à terme, que la poursuite des politiques actuelles. Ensuite, l’efficacité énergétique et les sources d’énergie renouvelables sont fondamentales. Quel que soit le bouquet énergétique retenu, une meilleure efficacité énergétique et une accroissement importante de la part des énergies renouvelables sont indispensable pour atteindre les objectifs en matière de CO2 d’ici à 2050.
  • Les décisions d’investissement pour la mise en place des infrastructures nécessaires d’ici à 2030 doivent être prises le plus vite possible, car les infrastructures construites il y a 30 ou 40 ans doivent être remplacées. Agir rapidement permettrait d’éviter des changements plus coûteux dans vingt ans. Contenir la hausse des prix. Les investissements effectués dès aujourd’hui permettront de garantir les meilleurs prix à l’avenir. Les prix de l’électricité sont voués à augmenter jusqu’en 2030 mais ils peuvent reculer ensuite grâce à une diminution du coût d’approvisionnement, de production, à des politiques d’économie d’énergie et au progrès technologique mondial.

Finalement , des économies d’échelle sont indispensables. Par rapport à la coexistence de régimes nationaux différents, une approche globale se traduira par une baisse des coûts et une sécurité d’approvisionnement garantie. Elle passe par la réalisation d’un marché commun de l’énergie régionale et à l’ échelle mondial, dont l’achèvement est prévu pour 2014.

Le doublement de la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique mondial d’ici à̀ 2030 est un objectif réalisable. Évidement : il reviendrait moins cher que l’inaction. Les économies dépasseraient de loin les coûts. Ce doublement créerait des emplois, donnerait un coup de fouet à̀ la croissance et épargnerait des milliers de vies humaines chaque année en limitant la pollution de l’air. Pour y parvenir, il faut multiplier par six la vitesse de déploiement des énergies renouvelables. Car, transition vers les énergies renouvelables, associée à une plus grande efficacité énergétique, peut empêcher les températures moyennes mondiales d’augmenter de plus de 2 C.

Sources :

  1. https://irena.org/-/media/Files/IRENA/Agency/Publication/2016/IRENA_REmap_summary_2016_FR.pdf?la=en&hash=F26D5DE377F1D0ED4E0C9D37D7B1ED7994684F4F
  2. http://www.enr.fr/actualite/260/Une-feuille-de-route-pour-les-energies-renouvelables-avec-des-acteurs-en-ordre-de-marche

A propos de Ali AHMAD FAIZY

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.