La viticulture confrontée au changement climatique

 

Patrimoine culturel mondialement reconnu, le vin n’est pas à l’abri du changement climatique. Alors que de nombreux pays ont déjà opté pour des techniques de production standardisées, la France a toujours compté sur son terroir pour caractériser ses vins ; le changement climatique est alors particulièrement influant dans ce domaine. Quels sont les enjeux auxquels les viticulteurs sont confrontés et comment s’adaptent-ils aux nouvelles conditions climatiques qui vont s’imposer à eux ?

 

La place du secteur viticole en France

Le vin est une boisson particulièrement appréciée des français : c’est la boisson alcoolisée la plus consommée dans le pays. Les français sont par ailleurs au deuxième rang mondial en termes de consommation de vin, après les Etats-Unis. En termes de production, la France se positionne comme le deuxième plus grand producteur de vin, avec 49,1 millions d’hectolitres produits en 2018, derrière l’Italie et devant l’Espagne. La viticulture connaît également un phénomène important depuis quelques années : l’internationalisation. Ainsi, plus de 50% des bouteilles produites dans le monde passeront une frontière pour être consommées. La France est championne dans le domaine : en 2018, elle était le premier exportateur de vin mondial, avec plus de 9,9 milliards d’euros. Les exportations de vin se plaçaient alors comme le deuxième contributeur à la balance commerciale. La filière viticole est présente dans 66 départements en France métropolitaine, représentant environ 750 000 hectares, soit 10% de la surface mondiale de vignes de culture.

 

Les vignes face au réchauffement climatique

La filière vini-viticole est sensible aux conditions climatiques. Ainsi, en 2017, bien que la France ait conservé sa position de deuxième producteur mondial, la production a chuté de 17% en valeur, et de 8,6% au niveau mondial. De nombreux facteurs expliquent cette baisse : virus, bactéries, maladies du bois, mais aussi changement climatique. Alors qu’une étude américaine (2013) projette que d’ici à 2050, la moitié des vignobles pourrait disparaître, des changements notables se font déjà ressentir dans les productions actuelles. Le premier concerne la teneur en alcool : en effet, l’augmentation des températures accélère la maturation des fruits et concentre les sucres dans les grains. Lors du processus de vinification, le sucre se transforme en alcool. Plus un raisin est sucré, plus le vin sera fort en alcool. Pour faire face à cet obstacle, les viticulteurs sont contraints d’avancer la date de vendange. La disparition progressive des intersaisons ainsi que l’augmentation du nombre de canicules ont également eu des effets fragilisants sur les vignes françaises. Ce phénomène ne devrait que s’amplifier dans les années futures : les épisodes de chaleur seront plus intenses et plus fréquents. En résumé, le changement climatique aura donc une grande influence sur la singularité des vins.

 

Des stratégies d’adaptation propres à chaque vignoble

Nathalie Ollat, ingénieure de recherche à Bordeaux, l’assure : « d’ici à 2050, des solutions techniques seront apparues pour mieux résister aux sécheresses et aux températures plus élevées, accompagner une relocalisation à la marge des vignobles ou le changement de type de vins ». Différents travaux sont déjà en cours sur le sujet. On peut notamment citer la réintroduction d’anciens cépages, plus résilients et résistants aux canicules, mais aussi plus acides et donc moins concentrés en alcool. Par ailleurs, de nouvelles pratiques viticoles, telles que la création d’agroforesterie par la mise en place de haies, permettraient aussi de rafraîchir les vignes lors des fortes périodes de chaleur. Chaque viticulteur réfléchit alors à la solution la plus pertinente pour son vignoble.

 

Sources :

https://www.bastamag.net/Rechauffement-climatique-ces-cepages-anciens-qui-pourraient-sauver-les

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/expliquez-nous/expliquez-nous-le-secteur-viticole-en-france_2787783.html

https://theconversation.com/pourquoi-les-vagues-de-chaleur-intenses-sont-appelees-a-se-repeter-80250

https://cdn.greenpeace.fr/site/uploads/2017/02/changementsclimatiquesimpactsviticulturefrance.pdf?_ga=2.37629216.1048597971.1579431270-431696338.1579431270

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/comment-le-rechauffement-climatique-va-impacter-la-vigne-et-le-vin_3164975.html

A propos de Eva CECCARELLI

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.