Le Trash Tag Challenge : le nouveau défi écolo

 

Après de nombreux autres défis, un petit nouveau a fait son apparition sur les réseaux sociaux. Il s’agit du trashtagchallenge. Découvrons ensemble de quoi il s’agit. 

En quoi cela consiste ?

Le terme de trash tag challenge se compose des mots « trash » signifiant ordures et « tag » pour le jeu de mot avec « hashtag ». Il s’agit d’un défi né sur les réseaux sociaux et qui a pris une réelle ampleur au cours des derniers mois.

La première initiative de ce concept avait été prise en 2015, par Steven Reinhold, un employé d’une marque d’équipements de plein air, mais n’avait pas connu un grand succès. Le 28 mars 2018, Younes Drici Tani, un jeune activiste algérien âgé de 27 ans se réapproprie l’idée avec le Younes can challenge afin d’inciter les habitants de son village, à ramasser les déchets. Là encore, l’idée n’atteint pas l’ampleur souhaitée.

Crédit : Younes Drici Tani

Ce n’est au final que le 5 mars 2019 que cette pratique trouve son public. En effet, le défi est de retour, grâce à Byron Román, un américain habitant dans l’Arizona. Celui-ci a republiée la photographie de Younes Drici Tani. Celle-ci représente deux clichés, le premier étant Younes entouré de déchets abandonnés dans la nature, et le deuxième étant le même lieu mais après un nettoyage, par Younes, qui aura duré trois jours. Le post est accompagné d’un texte signifiant : « Voici un nouveau défi pour tous les adolescents qui s’ennuient. Prenez une photo d’un endroit qui a besoin d’être nettoyé ou entretenu, puis prenez-en une autre après que vous vous en soyez occupé, et postez-la ».

Vous l’aurez compris, cela consiste à se rendre dans un endroit rempli de déchets. L’objectif est de nettoyer le lieu ou de l’entretenir. Enfin, grâce à un montage on effectue un comparatif d’une photographie, avant le nettoyage et une photographie après celui-ci. L’idée est d’apposer à la publication le hashtag #trashtagchallenge ou #trashtag, afin de faire de cette pratique un défi viral.

Enfin un défi intelligent !

Il n’est pas rare de voir apparaître des défis sur les réseaux sociaux. Les exemples peuvent être le Icebucket challenge, où le but est de se vider un seau de glaçon sur la tête, ou encore le 10 year challenge qui consiste lui, à comparer une photographie d’une personne datant d’il y a dix ans et une photographie actuelle. Il existe également le Cheese Challenge, consistant à lancer une tranche de fromage sur le visage d’un bébé, ou le Bottlecup challenge, qui vise à lancer une bouteille en plastique et qu’elle retombe à la verticale sur la table, et de nombreux autres.

Ces défis ne sont pas souvent des plus utiles, ni des plus intelligents et vont même tendre à être assez stupides voire complètement fous. Le trashtag challenge s’inscrit dans un esprit de changement des comportements et vient chambouler cette pratique du lancement de défis les plus fous et incongrus.

Selon un rapport de l’Organisation des Nations unies (ONU), un quart des maladies et des morts dans le monde seraient liées à la pollution et aux dégradations de l’environnement. Nous sommes dans un contexte où le ramassage des déchets, par exemple, est plus que problématique.

Alors qu’il est difficile de sensibiliser la population et notamment les jeunes générations à ces problématiques, le trashtag challenge vient donner une très bonne impulsion. Ce dernier a une dimension bienfaisante et vient poser une solution pour aider à sauver la planète, tout en suscitant un intérêt grandissant auprès du public du fait de son concept sous forme de défi incitatif sur les réseaux sociaux.

Vers un développement de ces défis intelligents

Ce challenge montre le côté positif que peuvent avoir les réseaux sociaux. Il apparaît alors possible par le biais de ces derniers, de créer des initiatives de rayonnement mondial capables de faire changer les choses. Le trashtag challenge n’a pas connu le même succès dans tous les pays, comme en France, où il a moindrement été partagé. Néanmoins, au niveau mondial ce défi s’est bien développé.

Le concept n’est peut-être pas tout neuf, cependant il incite encore aujourd’hui de nombreuses personnes à effectuer ce défi et nettoyer la nature. Le trashtag challenge a déjà été repris de nombreuses fois, également à l’initiative d’écoles par exemple.

De plus, ce phénomène peut inspirer de nouvelles initiatives, en France également. A titre d’exemple, une trentaine de milliers de défis similaires ont été relayés une fois effectués, au Surinam, en Hongrie ou encore en Moldavie. Par exemple, un compte Instagram 100piecesforearth (100 morceaux pour la planète) a vu le jour. Cette fois le principe consiste à poster une photo de 100 déchets qu’on aura ramassés, accompagnée en légende de la composition du tas d’ordures obtenu.

Dans un contexte d’urgence climatique, les initiatives de la sorte ne peuvent donc qu’être encouragées. On ne peut que se demander quand aura lieu l’avènement de ces pratiques dans l’hexagone, où celles-ci ne sont pas encore assez développées.

A propos de Manuella DEBAIZE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.