Mix énergétique en France : Retour sur l’accord de Paris

 

La France s’est engagé dans une véritable transition énergétique qui vise à porter la part des Energies Renouvelables à 32% et réduire la part du nucléaire dans la production de l’électricité à 50% à l’horizon de 2035.

Où en est-elle dans son nouveau mix énergétique, notamment en 2019?

Le bouquet énergétique français se compose de plusieurs sources, comme le nucléaire, le pétrole, le gaz naturel, la biomasse, le solaire…Cependant, le gouvernement vise à privilégier les énergies vertes afin de réduire les émissions des  gaz à effet de serre. Dès lors, le mix énergétique connaît beaucoup d’évolution et les énergies fossiles, comme le pétrole et l’énergie nucléaire, sont de moins en moins utilisées.

 

Où en est le développement des Energies Renouvelables ?

La puissance totale du parc renouvelable français, comprenant : hydroélectricité, éolien, solaire photovoltaïque, et bioénergies, s’est élevé à 51 610 MW fin Mars 2019. Et une puissance de 439 MW a été additionnée lors du 1er trimestre 2019, les filières éolienne et solaire y font partie avec des puissances installées respectivement de 243 MW et de 157 MW.

 

Par conséquent, La contribution des énergies renouvelables est en augmentation constante, avec une couverture de 20,1% de la consommation au cours du premier trimestre 2019 en produisant 28,5 TWh.

Pour autant,le commissariat général au développement durable indique que même si les statiques sont en hausse, elles restent en dessous des objectifs fixés.

 

Qu’en est-il de l’engagement de réduire à 50 % son énergie nucléaire d’ici 2035 ?

Selon le rapport de l’Agence internationale de l’énergie, beaucoup de centrales perdent de leur capacité de production à cause des phénomènes de vieillissement.

D’après la même source, dans la perspective de remplacer ces centrales par des systèmes de production alternatifs, 4 milliards de tonnes de  CO2 seraient émises en plus par rapport aux centrales nucléaires. N’ayant pas trouvé de nouvelle alternatives, l’objectif de la réduire à 50% d’ici à 2035 ne semble pas atteignable.

 

 

Sources:
https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/chiffres-cles-des-energies-renouvelables-edition-2019
https://www.rte-france.com/
https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/politiques/energies
https://www.iea.org/

 

A propos de Jihane AFRIHI

Ingénieur en Génie Énergétique et Energies Renouvelables, actuellement étudiante en Master 2 Gestion et Droit des énergies et du Développement Durable à l'Université de Strasbourg.

Jihane AFRIHI

Ingénieur en Génie Énergétique et Energies Renouvelables, actuellement étudiante en Master 2 Gestion et Droit des énergies et du Développement Durable à l'Université de Strasbourg.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.