Phénix, l’entreprise qui s’attaque de manière innovante au gaspillage alimentaire et pas seulement!

 

10 milliards de kilos, c’est le poids de la nourriture gaspillée annuellement en France. Ce chiffre tient compte du secteur alimentaire tout entier de la production à la consommation, en passant par la transformation, la distribution et la restauration. Dans ce contexte peu glorieux et sans attendre les récentes lois anti-gaspillage, l’entreprise Phénix s’est donnée pour but de faire de l’option poubelle une exception, faisant ainsi le pari de l’économie circulaire. Fort de cette première expérience, les ambitions de cet acteur nouveau au business model innovant vont désormais bien au-delà du domaine alimentaire et de nos frontières nationales. Coup de projecteur sur ce professionnel de l’anti-gaspillage devenu incontournable.

Réduction et valorisation sont les mots d’ordre de Phénix, entreprise visionnaire qui considère les déchets comme une «mine de matières premières pour le 21ème siècle », encore sous-estimée.

Pour être à la hauteur de ses ambitions « zéro déchet », l’action de Phénix évolue sur un très large spectre d’acteurs. Elle s’adresse tout autant aux particuliers via une application mobile qui permet de sauver des invendus alimentaires chez les commerçants partenaires, qu’aux professionnels qui, grâce aux différents services proposés par Phénix, d’une part optimisent leurs stocks et d’autre part valorisent leurs surplus considérés parfois à tort comme des déchets.

Capture d’écran du site de Phénix.

A titre d’exemple dans le cadre de produits alimentaires gérés pas la grande distribution, Phénix s’attache en premier lieu à récupérer les invendus encore consommables pour les rediriger de manière optimale vers des associations caritatives qui parfois peinent à être efficaces dans leurs collectes du fait des aléas qu’elles subissent constamment (réduction des subventions, engagement aléatoire des bénévoles, fluctuation du nombre de bénéficiaires…). Leurs interventions permettraient ainsi de multiplier jusqu’à 10 les volumes de dons aux associations.

Phénix ne se limite pas à une activité de redistribution à visée caritative, mais va plus loin dans la démarche anti-gaspillage à travers la revalorisation, puisqu’elle envisage des débouchés pour les restes alimentaires aussi variés que l’alimentation animale, la production d’alcool ou de peinture.

Les distributeurs faisant appel au savoir-faire de Phénix bénéficient, en complément, d’outils personnalisés pour améliorer la gestion des stocks et des périmés mais aussi pour mieux orienter le choix des consommateurs vers des produits proches de la date de péremption. Le label « gueules cassées » qui permet de mettre en avant des fruits et légumes abîmés à prix réduit en est la parfaite illustration.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce type de partenariat ne constitue en fin de compte aucun risque financier pour les distributeurs, car Phénix se rémunère exclusivement via des commissions perçues sur les économies réalisées par les magasins grâce aux dispositifs mis en place. Très concrètement les distributeurs n’ont pas à prévoir d’investissement, comme l’affirme le directeur de l’Intermarché Pleurtuit en Bretagne qui a ainsi réussi à revaloriser jusqu’à 70% des déchets issus du magasin, toutes catégories confondues. C‘est un modèle gagnant-gagnant.

Selon Phénix les distributeurs réduisent jusqu’à 40% les frais liés à la destruction des déchets, dans un contexte où la loi interdit désormais la destruction d’invendus alimentaires encore bons pour la consommation humaine en imposant le don en échange d’une défiscalisation[1].

Il faut également préciser que de leur côté, les associations caritatives, grandes gagnantes de la loi anti gaspillage alimentaire, bénéficient des services de Phénix gratuitement. Ceux-ci leur permettent de mieux structurer la logistique de leurs activités de collecte afin de se concentrer sur l’essentiel à savoir identifier aux mieux leurs véritables besoins (régularité des livraisons, diversification des produits, volumes nécessaires…).

Les clients professionnels de Phénix ne se limitent pas au secteur de la distribution mais regroupent tout autant les grossistes évoluant à une échelle plus industrielle. L’entreprise s’attaque également au secteur très particulier de l’événementiel, où la conscience écologique est seulement naissante alors qu’en moyenne sur une manifestation qui rassemble 1000 personnes on doit prévoir la production de 500 kg de déchets.[2]

Les collectivités ne sont pas en reste et peuvent elles aussi bénéficier d’un accompagnement, afin d’identifier des pistes d’optimisation des flux de déchets valorisables selon les différentes problématiques identifiées au niveau du territoire, ceci afin de répondre à des enjeux de trois ordres s’appuyant sur une logique RSE/RSO :

  • économiques (baisse du coût de traitement des déchets) ;
  • environnementaux (réduction des déchets et de l’empreinte écologique) ;
  • et sociaux (redistribution via le don).

La restauration collective constitue dans ce cadre un secteur à fort potentiel. Rappelons par ailleurs que d’un point de vue environnemental, l’empreinte carbone annuelle du gaspillage alimentaire serait de près de 15,5 millions de tonnes de CO2 par an ce qui représente 3% de l’émission de gaz à effet de serre de la France. [3]

Plus globalement, le réseau de partenaires de Phénix  (1000 partenaires associatifs et 1500 entreprises engagées) permet de trouver des solutions adaptées pour de multiples catégories d’invendus qu’ils soient alimentaires, textiles, électroménagers ou autres, en envisageant aussi bien la revalorisation, le recyclage que le réemploi.

La bonne nouvelle c’est que l’entreprise Phénix a pour projet d’exporter son business model en Europe. Celle-ci est déjà présente en Espagne, au Portugal et au Danemark. Les USA semblent également constituer un marché de prédilection pour cette entreprise qui ne manque pas d’ambition.

Le bilan de Phénix c’est plus de 50 millions de repas sauvés depuis son lancement en Europe soit 50 tonnes de produits sauvés quotidiennement du gaspillage qui équivalent à 100 000 repas / jour.

L’étendue, la variété et la créativité des solutions envisagées par Phénix semblent après tout être à la hauteur des impératifs actuels en matière de lutte contre le gaspillage.

 

Pour plus d’informations : https://wearephenix.com/

 

[1] La principale mesure consiste à obliger chaque supermarché de plus de 400 m² à rechercher un partenariat avec une association d’aide alimentaire pour lui céder ses invendus alimentaires, au lieu de les jeter ou de les détruire.
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000032036289&dateTexte=20180209

[2] https://ecomanifestations-alsace.fr/

[3] https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/le-gaspillage-alimentaire-en-france-des-chiffres-vertigineux-et-des-astuces-faciles-pour-y-remedier-1571043425

 

 

A propos de Ekaterina KOMOVA

Issue d’une formation Sciences Po, mes intérêts m’ont portée au fil de l’eau vers l’étude des enjeux liés au développement durable. Actuellement en Master DGEDD, je profite de la résonance offerte par ce blog pour soulever des sujets de société qui me sont chers. Ceci afin de les rendre accessibles au plus grand nombre tout en tentant de présenter quelques solutions inspirantes pour l’avenir. Touche-à-tout, les sujets qui m’animent sont variés : gaspillage alimentaire, obsolescence programmée, précarité énergétique, Smart City, mobilité du futur, acceptabilité sociale, RSE...

Ekaterina KOMOVA

Issue d’une formation Sciences Po, mes intérêts m’ont portée au fil de l’eau vers l’étude des enjeux liés au développement durable. Actuellement en Master DGEDD, je profite de la résonance offerte par ce blog pour soulever des sujets de société qui me sont chers. Ceci afin de les rendre accessibles au plus grand nombre tout en tentant de présenter quelques solutions inspirantes pour l’avenir. Touche-à-tout, les sujets qui m’animent sont variés : gaspillage alimentaire, obsolescence programmée, précarité énergétique, Smart City, mobilité du futur, acceptabilité sociale, RSE...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.