Le chocolat : un délice coupable

Environ 3 millions de tonnes de chocolat sont consommés chaque année dans le monde, dont 60% en Europe. En effet, 75% de la production mondiale du cacao provient de l’Afrique de l’Ouest, plus exactement, de la Côte d’Ivoire et du Ghana qui sont respectivement les premier et deuxième producteurs mondiaux de chocolat. Ces deux pays sont caractérisés par des forêts tropicales, un milieu favorable pour l’implantation des cacaoyers afin de produire les graines de cacao.

Récolte de cacao- Source : challenges.fr

Les ventes de ce délice augmentent annuellement de 2 jusqu’à 5%. Pour pouvoir faire face à la croissance de la consommation chocolatière, les forêts tropicales ont dû être rasées pour y planter des nouvelles cultures de cacaoyers. En Côte d’Ivoire, 85% des forêts ont disparu entre 1990 et 2015. Ce phénomène est loin de s’inverser puisque dans les années 2017 et 2018, presque 13 748 hectares de forêts ont été détruits, soit l’équivalent de 15 000 terrains de football.

La déforestation, qui est favorisée par l’augmentation de la demande, met en péril la biodiversité en Côte d’Ivoire car elle conduit à la perte d’habitat pour les éléphants, 2ème cause de la disparition de cet animal après le braconnage. Au même titre, les chimpanzés, écureuils volants, léopards, hippopotames ainsi que toute une série des genres végétales sont victimes de cette violation de l’environnement.

Mise à part la biodiversité, l’industrie du chocolat représente une sérieuse menace pour le climat en accélérant son dérèglement. Les forêts tropicales comportent d’importantes réserves en CO2. A cause de l’abattement des arbres, les forêts libèrent plus de CO2 dans l’atmosphère que ce qu’elles n’en capturent. En effet, la déforestation serait responsable de 20% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, l’Afrique de l’Ouest représente à elle seule, 25% de ces émissions.

Selon le rapport publié par l’ONG américaine Mighty Earth, la quantité de CO2 émise lors de la production d’une barre de chocolat contenant du cacao illégal équivaut à celle d’une voiture roulant huit kilomètres.

De son côté, la France s’est engagée en novembre 2018 dans une Stratégie Nationale de lutte contre la déforestation Importée qui implique le cacao. Un pas qui est certes important, mais pas suffisant. Les distributeurs de chocolat pourraient avoir un rôle considérable dans cette lutte en se tournant vers des producteurs qui ne contribuent pas à la déforestation.

La meilleure solution reste alors d’avantager le chocolat éthique !

 

Sources :

https://www.fne.asso.fr/dossiers/d%C3%A9forestation-afrique-cacao

https://www.notre-planete.info/actualites/1865-chocolat-environnement-deforestation

https://www.france24.com/fr/20170914-cote-ivoire-chocolat-ennemi-foret-deforestation-cacao-environnement-climat

https://dailygeekshow.com/chocolat-rapport-deforestation/

 

A propos de Yousra SALAMA

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.