Décryptage de la nouvelle programmation pluriannuelle de l’énergie (4/4)

Le 27 novembre 2018 a été publiée la nouvelle Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE). C’est la feuille de route française aux horizons 2023 et 2028 pour la sobriété et l’efficacité énergétique, afin de mettre en œuvre les lois nationales et accords internationaux. Cet article traite du quatrième objectif qui est non seulement de maîtriser la facture énergétique, mais aussi de préserver la compétitivité des entreprises tout en développant l’emploi et l’innovation.

Tout d’abord, la transition énergétique a pour but de réduire la précarité énergétique. Les moyens de l’Agence Nationale pour l’Habitat (ANAH) seront maintenus afin d’accompagner les rénovations énergétiques des ménages les moins aisés. Il s’agirait de rénover 75 000 logements par an de 2018 à 2022.

En outre, une prime à la conversion des anciens véhicules serait renforcée pour les ménages les plus modestes. L’objectif est de remplacer 500 000 à 1 000 000 véhicules anciens de 2018 à 2022.

Pour réduire la consommation des bâtiments, il y aura un renforcement et une extension du “coup de pouce économies d’énergie”. S’agissant de la réduction de la consommation d’énergie pour la mobilité, le développement de l’usage du vélo et du covoiturage sera requis, entre autres. Afin d’atteindre ces objectifs, des certificats d’économie d’énergie seront mobilisés au profit des ménages modestes. Pour assurer la compétitivité des prix de l’énergie, le gouvernement prévoit de garantir la protection des consommateurs contre les hausses de prix de marché au-delà de 2025. Pour ce faire, ces derniers bénéficieront en de l’avantage compétitif lié à l’investissement consenti dans le parc nucléaire historique. Dans le même temps, le gouvernement donnera la capacité financière à EDF d’assurer la pérennité économique de l’outil de production nucléaire pour répondre aux besoins de la PPE dans des scénarios de prix bas.

Enfin, pour assurer le suivi et l’accompagnement nécessaires en termes d’emplois et de compétences, le gouvernement a confié à Laurence Parisot la préparation du Plan de programmation des emplois et des compétences prévu par la loi. En effet, la transition énergétique détruit des emplois mais en crée de nouveaux. Pour cette raison, il est important d’accompagner les entreprises et les salariés, afin que personne ne soit lésé au cours du processus. Le Plan de programmation des emplois et des compétences a été rendu public le 20 février 2019 et est consultable ici. L’objectif de ce rapport est de permettre au gouvernement de connaître l’impact de la transition énergétique dans les différentes filières, afin d’encourager la reconversion et la création d’emplois pour remplacer ceux qui sont destinés à disparaître.

L’évaluation des impacts macro économiques du scénario proposé dans la PPE, comparé au scénario en continuité avec les actions actuelles, montre que le PIB pourrait augmenter de 1,3 points en 2023 et de 2 points en 2028. 246 000 emplois pourraient être créés en 2023 et 420 000 en 2028.

Stratégie française pour l’énergie et le climat – Dossier de presse, Ministère de la Transition écologique et solidaire, Novembre 2018

Coup de pouce économies d’énergie 2019-2020, Ministère de la Transition écologique et solidaire, 21 janvier 2019

Plan de programmation des emplois et des compétences, Ministère du travail, 20 février 2019

 

A propos de Barbara KIM

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.