Le cuir fait la peau au végétal

 

Et si votre prochaine paire de chaussures était fabriquée en cuir d’ananas ou de maïs ? Exit les peaux de mouton ou de veau, le cuir s’habille désormais de végétal. Pour satisfaire une demande croissante en produits plus respectueux de l’environnement, des humains et des animaux, de nombreuses marques et entreprises se tournent désormais vers des alternatives au cuir véganes.

 

Misère humaine, désastre écologique et exploitation animale

L’industrie du tannage figure parmi les dix activités les plus polluantes au monde. Nécessaire pour travailler et traiter le cuir, le tannage minéral, en général au chrome, a des conséquences sanitaires et environnementales désastreuses.
Ainsi, une enquête menée par PETA Allemagne dans le district de Hazaribah au Bangladesh dresse un tableau déplorable des conditions de travail des quelques 15 000 personnes employées dans l’industrie du cuir – parmi lesquelles se trouvent aussi des enfants. Les équipements de protection sont quasi absents lors de la manipulation de produits toxiques, et des études réalisées dans la région ont mis en évidence des taux de cancers, des maladies respiratoires et des décès prématurés plus élevés que la moyenne du pays. Mais les travailleurs ne sont pas les seuls touchés puisque les déchets toxiques – chrome, mercure, arsenic – sont évacués directement dans les rivières et les nappes phréatiques.

Outre le tannage, l’élevage d’animaux pour leurs peaux est également source de pollutions. Au niveau mondial, 14,5% des émissions de gaz à effet de serre sont issues de l’élevage, soit autant que l’industrie du transport.

Enfin, d’un point de vue éthique, continuer de tuer des animaux pour se vêtir est anachronique. De nombreuses espèces dites exotiques sont élevées uniquement pour l’industrie du cuir, de même pour beaucoup d’ovins ou de bovins. Nombreux sont dépecés encore vivants, voire conscients, soit par manque de moyens, soit pour ne pas abîmer leur peau. Élevés dans des conditions insalubres, parfois victimes de braconnage et de trafic, les animaux utilisés pour produire du cuir sont les premières victimes de cette industrie.  

 

Le cuir végane, une alternative éthique et éco-friendly

Tout comme le Piñatex ®, cuir fabriqué à partir des feuilles d’ananas, d’autres matériaux d’origine végétale permettent de remplacer et d’imiter le cuir : eucalyptus, algues, champignons, marc de raisin, … Richard Wool, ingénieur américain, a par exemple développé un éco-cuir à base de coton, de lin, de maïs et de soja aux propriétés waterproof et biodégradables.

 

Baskets de la marque Hugo Boss, produites à partir de Piñatex®, et 100% véganes.
Source : https://www.hugoboss.com/fr/homme-chaussures-veganes/

 

Dans ce domaine l’imagination est sans limite et le développement du cuir végane est prometteur. Souvent inspirées de traditions ancestrales, ces fabrications permettent de valoriser des matières organiques jusqu’alors considérées comme des déchets. Le volet social est aussi présent puisque la plupart des marques qui se lancent dans le cuir végane garantissent des conditions de production justes et respectueuses des droits des travailleurs. Ces alternatives s’inscrivent donc pleinement dans une démarche soutenable.

 

Sources :

http://www.zeppelin-geo.com/galeries/bangladesh/hazaribagh/hazaribagh_texte.htm

http://worstpolluted.org/docs/TopTen2011.pdf

https://vegan-pratique.fr/conseil/remplacer-le-cuir/

http://minuitsurterre.com/nouveaux-cuirs-veganes/

https://www.vegactu.com/actualite/cuir-animal-vegetal-vegan-23024/

https://antigone21.com/2017/06/07/veganisme-pourquoi-se-passer-de-cuir/

 

 

A propos de Juliette LACROIX

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.