La réduction des déchets, un enjeu européen mais surtout citoyen

Le Parlement Européen a récemment voté une résolution ambitieuse. En effet, un matin de fin octobre, il interdit par son biais l’usage de la plupart des produits à usage unique à l’horizon 2021 au sein de l’Union Européenne. A eux seuls, les composants visés essentiellement à base de plastique non recyclable (polystyrène, touillettes, cotons tiges) représentent 3/4 des détritus que l’on retrouve au bord de nos cours d’eau et océans. La très large majorité des parlementaires l’ayant voté, montre une prise de conscience au niveau des plus hautes institutions de notre cher continent : 571 voix pour, 53 voix contre et 34 abstentions.

Mais ce vote n’aurait rien été sans la mobilisation d’associations citoyennes comme Zéro Déchets, Générations Cobayes ou encore Alternatiba. La prise de conscience accrue des citoyens a permis d’accentuer cette pression sur nos institutions. Il n’y avait qu’à voir le nombre de personnes présentes à la réunion publique organisée à Strasbourg la veille du vote. Une opération  de ramassage de déchets devant le Parlement s’est déroulée le matin même du vote. Le constat est édifiant : 5 grands sacs jaunes remplis de divers détritus.

“Des déchets qu’on ne voie plus”, interpellera un eurodéputé ayant participé à l’opération.

Bien au-delà de la gêne esthétique que ces déchets engendrent, il y a un véritable problème de santé publique. En effet, nombre de ces plastiques emballant nos aliments sont composés de perturbateurs endocriniens. Ils sont encore beaucoup utilisés dans la restauration scolaire et hospitalière, où les aliments sont même parfois chauffés dans le plastique ! Un véritable enjeu sanitaire puisqu’il s’agit des populations les plus fragiles.

Ce vote du Parlement est une victoire. Mais celle-ci ne saura être pérenne sans une véritable éducation à l’environnement dès le plus jeune âge. Pas encore officiellement mise en place, elle relève encore de la volonté propre à chaque établissement. Pourtant, il est nécessaire de sensibiliser nos enfants dès le plus jeune âge aux différents enjeux environnementaux, et comment agir pour inverser la tendance. Leur apprendre le recyclage, le compost ou encore les thématiques de l’eau permettra réellement de former les citoyens avertis de demain qui pourront alors, sauvegarder nos acquis d’hier et aller encore plus de l’avant dans le défi de la transition énergétique propre à notre siècle.

Ce défi majeur ne pourra être rempli que si nous tous, citoyens, à toute échelle, revoyons notre rapport à la consommation et à ce que nous jetons dans la poubelle. Elle nous amène à redéfinir nos réels besoins. Le café de la machine servi très chaud dans un plastique non recyclable, bourré de perturbateurs endocriniens et avec une touillette, nous rend-il vraiment heureux ?

Sources :

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/les-eurod%c3%a9put%c3%a9s-votent-linterdiction-des-plastiques-%c3%a0-usage-unique-d%e2%80%99ici-2021/ar-BBOPzK2?ocid=spartandhp

« Penser l’éducation à l’environnement » de Camille Simon, extrait de Strasbourg Magazine de novembre 2018 (pages 10 et 11)

« La poubelle bleue au régime sec » de Véronique Kolb, extrait de Strasbourg Magazine de novembre décembre 2018 (pages 17 et 18)

 

A propos de Pierre MAGRAND

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.