Human Power Plant. Un projet de centrale électrique humaine

Kris De Decker, journaliste et fondateur du magazine pro décroissance Low Tech, et Melle Smets, artiste designer, ont mis au point un projet de centrale électrique humaine. Le but ? Alimenter un immeuble étudiant, dans un objectif « zéro carbone ».

Image : https://www.humanpowerplant.be/

 

Un projet d’envergure 

Les deux néerlandais se sont rencontrés lors d’une conférence où Melle Smets présentait son African Waste Car, une voiture faite de déchets. Deux ans plus tard, l’Université d’Utrecht, dans son objectif « zéro carbone » d’ici 2030, les a missionné afin d’imaginer des solutions possibles. Ils ont ainsi donné naissance à l’idée d’une Human Power Plant. Ce projet artistique vise à démontrer qu’il est possible d’alimenter, avec de l’énergie humaine, une résidence étudiante de 22 étages avec une capacité de 750 étudiants. En effet, plus fiable que l’énergie solaire ou éolienne, la force humaine est toujours disponible. Il s’agit donc d’exploiter l’énergie cinétique produite par les sportifs pendants leurs entrainements. Selon une étude, cinq minutes de sport équivaudraient à plus de 15 wattheure d’électricité. Un homme peut ainsi produire en une journée autant d’électricité qu’un panneau solaire d’un mètre carré ; et 5 minutes d’effort physique permettent de charger un quart de la batterie d’un ordinateur portable ou de faire briller une lampe pendant près de trois heures.

Les deux instigateurs du projet ont mis au point des salles de sport permettant de produire l’énergie nécessaire à l’éclairage, au chauffage et à l’accès à internet. En d’autres termes : le strict minimum pour un étudiant. Il s’agit de questionner l’appréhension décomplexée de nos générations vis-à-vis de l’énergie. Cette dernière nous semble infinie tant elle est devenue omniprésente dans notre vie quotidienne, alors même qu’on réalise aujourd’hui l’impact environnemental d’une telle orgie énergétique. Si la Human Power Plant favorise l’éco responsabilité en matière de consommation d’énergie, celle-ci a également des vertus sanitaires, promouvant la pratique du sport chez les étudiants. De plus, selon Melle Smets et Kris De Decker, un tel projet ne peut que renforcer la cohésion sociale entre les étudiants.

Image : https://www.humanpowerplant.be/

 

D’autres projets similaires ont pu voir le jour

En effet, c’est Jay Whelan, fondateur de l’entreprise The Green Revolution, qui est à l’origine du concept. Plusieurs salles de sport productrices d’énergie ont ouvert dans le monde, à l’image de la Green Microgym à Portland et du California Fitness Club à Hong-Kong. À Villecresnes en île de France, Adeline Honoré projette également d’ouvrir une telle salle de sport. Actuellement au stade du prototypage de ses machines, la française a lancé une campagne de financement participatif du projet.

 

La Human Power Plant, plus qu’une simple salle de sport

Le but étant d’alimenter un immeuble entier, il est également prévu d’utiliser les déchets ménagers et excréments des 750 étudiants pour produire en biogaz l’énergie nécessaire pour la cuisine. Kris De Decker et Melle Smets prévoient également d’installer 10 éoliennes sur le toit de l’immeuble, afin d’alléger les efforts des étudiants. Selon les premiers calculs basés sur la consommation actuelle des étudiants, ceux-ci devraient faire au minimum une heure et demi de sport par jour pour répondre à leurs besoins quotidiens en électricité. Plusieurs pistes sont à l’étude afin de réduire cette durée. Les porteurs du projet penchent davantage vers des habitudes de basse consommation, avec des technologies permettant de diminuer la part énergétique du bâtiment. Par exemple ils ambitionnent d’utiliser des machines à laver cinétiques. De plus, le postulat est le suivant : le fait de produire soi-même l’énergie est censé responsabiliser les étudiants. À l’heure actuelle cette « centrale électrique humaine » n’en est qu’à la phase d’expérimentation.

 

Pour plus d’informations :

https://www.humanpowerplant.be/

https://www.positivr.fr/universite-pays-bas-sport-electricite/

https://detours.canal.fr/salles-de-fitness-produire-electricite/

Human Power Plant, le projet qui veut transformer les activités humaines en énergie électrique

A propos de Sarah Dambré

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.