La transition énergétique en Nouvelle-Calédonie: une révolution verte?

Aux antipodes de la France métropolitaine, la Nouvelle-Calédonie est un territoire ultramarin engagée dans son processus d’autonomisation. Cela incite l’archipel à choisir la voie de l’indépendance énergétique. Le territoire, très engagé dans la protection de l’environnement à différents niveaux connait un boom des énergies renouvelables et dépasse les objectifs fixés avant les échéances.

Les objectifs de transition énergétique

La Nouvelle-Calédonie fait ses premiers pas dans sa démarche de transition énergétique en 2016 avec l’adoption par le Congrès du schéma pour la transition énergétique de la Nouvelle-Calédonie. Cette feuille de route détaille les moyens d’actions pour atteindre 100 % de consommation d’électricité d’origine renouvelable dans la distribution publique en 2030. Concrètement, le Gouvernement a attribué à chaque filière une programmation pluriannuelle des investissements de production électrique (PPI) pour la période 2016-2030. La PPI fixe les quantités à installer ainsi que les zones d’implantation des installations.

Un développement photovoltaïque sans précédents

Le dynamisme de la filière photovoltaïque est tel que la PPI a été révisée le 29 mai 2018, autorisant 30 MWc supplémentaires jusqu’en 2020.

« Une véritable petite révolution verte est en marche. D’ici à 2021, près de 40 % de la distribution publique d’électricité proviendra des énergies renouvelables ».

– Nicolas Metzdorf, membre du gouvernement en charge de l’énergie

En plus de l’implication des pouvoirs publics, le dynamisme des entreprises publiques et privées dans le développement des ENR est notable. Le cluster Synergie regroupe 45 entreprises œuvrant pour le développement des énergies renouvelables. En effet, l’appel d’offre du Gouvernement visant à répondre aux 30 MWc supplémentaires a été saisi par de nombreux producteurs, avec une centaine de dossiers déposés au 1er octobre.

Les enjeux de l’indépendance énergétique

Enfin, le potentiel photovoltaïque est tel – 140 000 hectares de surfaces disponibles – que l’archipel a toutes les clés en main pour atteindre l’indépendance énergétique, au moins pour la consommation domestique. La question du stockage est actuellement étudiée par la CRE. Il est primordial de pallier le problème de l’intermittence de l’énergie photovoltaïque, tout comme il est primordial de ne pas tout miser sur ce type d’énergie. Le potentiel de l’archipel est diversifié et mérite d’être exploité, immanquablement indissociable de la question de la maîtrise de l’énergie et de la transition écologique.

Mots-clés : Nouvelle-Calédonie, transition énergétique, photovoltaïque, révolution verte

Sources

https://gouv.nc/dossiers/le-schema-pour-la-transition-energetique-de-la-nouvelle-caledonie

https://gouv.nc/actualites/01-06-2018/montee-en-puissance-du-photovoltaique

https://www.synergie.nc/wp-content/uploads/2018/10/Synergie-info-n%C2%B05-octobre-2018.pdf

https://maitrise-energie.nc/sites/default/files/documents/rapport_ppi.pdf

A propos de Anaïs WALCH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.