Qui est le nouveau ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, François De Rugy ?

Suite à la démission surprise de Nicolas Hulot, le président de l’Assemblée Nationale a été nommé au poste de ministre par Edouard Philippe. Dressons le profil de François De Rugy.

 

Son parcours

Lors de ses études à l’IEP de Paris, François de Rugy adhère à Génération écologie[1], mouvement politique fondé par Jean-Louis Borloo et Corinne Lepage, entre autres, qui apportera bien plus tard son soutien à Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle de 2017.

Il quitte ce mouvement en 1994, puis rejoint les Verts et est nommé secrétaire général adjoint du Groupe radical, citoyen et vert (RCV) à l’Assemblée nationale. En 2001, il est élu conseiller municipal chargé des transports de Nantes, dans le groupe des Verts[2].

 

Lors des élections législatives dans la 1ère circonscription de Loire-Atlantique, bénéficiant d’un accord avec le PS, il est élu député puis est désigné comme secrétaire de séance à l’Assemblée. Il est ensuite réélu député Europe Ecologie Les Verts, en 2012, toujours allié au PS.

Auteur de l’essai « Ecologie ou Gauchisme, il faut choisir ! » en 2015, François de Rugy est critiqué au sein de sa propre famille politique pour son manque de courage et ses idées de « centre-gauche ».

Il annonce le 27 août 2015 dans le journal Le Monde qu’il quitte son parti, dont il dénonce la « dérive gauchiste » et l’absence de débat interne.

Le 19 mai 2016, avec cinq autres députés, il quitte le groupe écologiste, provoquant sa dissolution, et rejoint le groupe socialiste.

Il rejoint le groupe socialiste en 2016 et le groupe La République en marche en 2017.

Candidat à la primaire citoyenne du PS de 2017 en vue de l’élection présidentielle, il obtient 3,9 % des voix et perd donc face à Benoît Hamon. Contrairement à l’engagement qu’il avait pris, il rallie la candidature d’Emmanuel Macron.

Il est élu au perchoir, c’est-à-dire à la présidence de l’Assemblée, en juin 2017, devenant le plus jeune titulaire de cette fonction sous la Ve République depuis Laurent Fabius.

 

Ses idées

En tant que président du Parti écologiste, François de Rugy s’est présenté à la primaire citoyenne de 2017. Il dit alors avoir pour ambition de mettre « l’écologie au cœur du projet de la gauche ». Il a au cœur de son programme la volonté de faire en sorte que les énergies renouvelables représentent 100 % de la production de l’électricité en France à l’horizon 2050 et est qualifié d’antinucléaire..[1.]

François de Rugy indique aussi qu’il « assume une approche pragmatique de l’économie » et préconise de « continuer de baisser le coût du travail », notamment avec « le basculement des cotisations à la famille sur la CSG ».

Opposé au projet d’aéroport à Notre Dame des Landes, il appelle cependant en 2017 à « reconnaître [le] résultat » de la consultation publique dont il avait prôné l’organisation[2]

 

Sources :

[1] ↑ Raphaëlle Besse Desmoulières, « François de Rugy, candidat à la primaire de la gauche : “Le bilan, c’est maintenant” », Le Monde.fr,‎ 22 octobre 2016 (lire en ligne [archive]).

[2]a, b et c Primaire de la gauche : ce que proposent François de Rugy, Sylvia Pinel et Jean-Luc Bennahmias [archive], France TV Info, 12 janvier 2017.

[1]Biographie de François de Rugy sur France Inter [archive].

[2]a, b, c, d et e Biographie sur le site personnel de François de Rugy. [archive]

A propos de Manon BOUREL

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.