Les déboires de Nestlé Waters dans le monde

Le groupe Nestlé en 2005 a déjà répondu à la question « quelle sera  au cours des cent prochaines années la ressource qui pourra assurer la croissance de l’entreprise? » la réponse de Peter Letmath ,président de la multinationale, a été: « cette ressource miracle s’appelle l’eau ».
eau verre animal de compagnie boisson bouteille bleu Fermer bulle bouteille en verre eau minérale produit transparent supporter Trois bouteilles couvercle rafraîchissement encore séries fermeture Plafonnement bouteille en plastique cote à cote bouchon à vis eau en bouteille bleu cobalt acide carbonique Boisson polyéthylène téréphtalate
Nestlé possède actuellement au moins une usine d’embouteillage dans chaque pays, même dans les pays qui ont un déficit chronique en eau. Près de  900 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable dans le monde.
Nestlé est devenu leader mondial des ventes de l’eau en bouteille, son chiffre d’affaire dépasse actuellement les 80 milliards d’euros.
La consommation d’eau dans les pays émergents
En Afrique comme en Asie, les collectivités ont de la peine à assurer aux populations de l’eau potable, cela a ouvert un grand marché des eaux en bouteille et Nestlé en fait partie. Les raisons de la progression de ce marché sont, une relative amélioration du niveau de vie, la concentration des populations dans des villes et bidonvilles, l’instabilité et les catastrophes sanitaires (ex : choléra en Algérie et au Zimbabwe en 2018)
Nestlé, accusé de tarir les ressources en eaux
En 2005 déjà le président de Nestlé Peter Letmath a estimé que la question de la privatisation de l’eau pouvait être abordée de deux manières : “L’une est extrémiste, défendue par quelques ONG qui considèrent que l’eau est un bien public.” Balayant cette thèse, il insiste : “L’eau est une denrée alimentaire comme les autres et doit avoir une valeur marchande.”
Cette profession de foi du leader mondial des eaux en bouteilles n’est pas de l’avis de beaucoup des ONG.
En 2011 le suisse Urs Schnell a réalisé  le documentaire « Bottled life » dédié à la privatisation de l’eau par Nestlé, montre les ravages  dans des villages du Pakistan ou du Nigeria,  dont les stations de pompage à outrance de la compagnie ont induit un assèchement de puits utilisés habituellement par les habitants. Ces habitants des villages et des bidonvilles qui n’ont autre choix que de payer au prix fort l’eau qu’ils consomment au lieu de profiter gratuitement de leurs puits comme ils l’avaient toujours fait auparavant.
Aux États Unis aussi les populations s’activent. En 2015, la bourgade de Cascade Locks, dans l’Oregon, s’est insurgée contre la privatisation de la gorge du Columbia .La même année, les Californiens s’élevaient contre le pompage de l’eau par Nestlé alors que la région faisait face à une sécheresse dramatique, au point de rationner la consommation des habitants. Les militants, ont permis de faire adopter une mesure interdisant les grandes opérations d’embouteillage d’eau, comme celle de Nestlé.
En Europe ,les ONG accusent Nestlé de tarir la nappe phréatique de Vittel qui est menacée d’assèchement à cause de sa surexploitation .
L’argument écologique et économique de Nestlé
Dans son Rapport sur le développement durable Nestlé écrit :”L’eau, une nécessité absolue”
Le groupe Nestlé reconnaît la nécessité de gérer de façon responsable les ressources mondiales en eau. Préserver à la fois la quantité et la qualité de l’eau n’est pas seulement un défi environnemental, c’est une question qui recouvre des aspects économiques, politiques, sociaux, culturels et affectifs.
Chaque année, Nestlé n’utilise que 0,006% du volume total d’eau douce consommée dans le monde. Perrier- Vittel, la division eaux de Nestlé, n’utilise que 10% de cette quantité, soit 0,0006%.
L’engagement à long terme de Nestlé en faveur d’une gestion responsable des ressources en eau a été réaffirmé par la publication, au début de l’année 2000, d’un document portant sur la politique de Nestlé en matière d’eau.
Nestlé est le numéro un mondial du marché de l’eau en bouteille, avec environ 17% du marché global.
En plus de l’argument économique Nestlé avance l’argument écologique  dans son rapport:
“Développement et performance économique durables”:” L’un des traits essentiels de l’approche de Nestlé est la localisation de certaines parties de la production dans les pays en développement, plutôt que de simplement en importer les matières premières. 45% de nos fabriques se situent dans les pays en développement et 48% de nos collaborateurs y travaillent, bien que ces pays représentent moins d’un tiers de nos ventes”. Nestlé a publiquement affirmé que l’un des principes fondamentaux de ses investissements économiques est qu’ils devraient être à la fois «bons pour les pays et bons pour l’entreprise». Ainsi, Nestlé souhaite être un véritable partenaire dans le développement durable. »
Sources:
www.lemonde.fr
www.letemps.ch
www.arte.fr
www.nestle.com

A propos de C.K MATAOUI

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.