ENERGIE: LE SCÉNARIO MAROCAIN

Le modèle réussi du Maroc en matière d’énergies renouvelables a toujours été mis en avant. Les premiers projets solaires (Complexes Noor) et éoliens ont connu un franc succès. L’étude «Ten years of the Africa-EU Energy Patnership Status Report 2017-18 and future perspective» fait d’ailleurs référence aux importants investissements entrepris dans le Royaume. Siemens Gamesa a ainsi inauguré, en octobre 2017, la première usine de pales éoliennes dans la zone de Tanger Automobile City. D’autre part, Sound Energy, la compagnie britannique spécialisée dans l’exploration gazière, a annoncé un nouveau programme de forage.

Le royaume est un grand pionnier, en Afrique, en matière d’énergies renouvelables. En effet, les grands projets qu’il a lancés, ont permis au Maroc de devenir un leader régional. Aujourd’hui Le Maroc, qui évoque ce leadership, revient sur les temps forts de la 5ème édition de la Conférence internationale sur les énergies renouvelables et durables, organisée à Tanger en 2017.

Il faut dire que cette rencontre, qui a réuni plus de 200 scientifiques, chercheurs, ingénieurs et managers issus d’une dizaine de pays comme les Etats-Unis, le Qatar, l’Espagne, la Chine, l’Allemagne ou encore le Chili, a permis de partager l’expérience marocaine dans les énergies renouvelables et de proposer des solutions aux problématiques liées à ce secteur. En effet, conscient du potentiel énorme des sources d’énergie verte pour le développement du pays, le Maroc a hissé au rang de priorité l’utilisation des énergies renouvelables sur l’ensemble de son territoire, en vue de porter leur part à 42% de la capacité totale à l’horizon 2020.

Le Maroc développe deux lignes hautement stratégiques, à savoir Jorf Lasfar et le gazoduc Maroc-Nigéria. La ligne reliant l’Espagne à l’Algérie et passant par le Maroc est tout aussi importante. La Tutelle lance aussi la réflexion sur le gazoduc reliant l’Espagne à l’Algérie, le contrat devant s’achever en 2021. Rabat mise sur le terminal de gaz naturel liquéfié de Jorf Lasfar pour répondre aux besoins du marché interne.

La stratégie nationale gazière 2015-2030 prévoit la réalisation, sur le site de Jorf Lasfar, d’un terminal gazier à partir de 2019. Le plan «Gaz to Power», qui correspond à un investissement global évalué à 4 milliards d’euros, est en cours de  mise en œuvre. Il comporte un terminal gazier, ainsi qu’une capacité additionnelle de 2.400 MW de centrales à cycles fonctionnant au gaz.

Sources :

http://www.siemens.ma/fr/emplois-et-carrieres/nouvelle-usine-a-tangier.htm

http://www.mem.gov.ma/SitePages/GrandsChantiers/HYDROGazNaturel.aspx

https://www.jeuneafrique.com/438996/politique/maroc-nigeria-projet-de-gazoduc-officiellement-rails/

A propos de Ichraq GHASSAN

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.