La tige de coton ouaté est morte, vive le bâtonnet ouaté

La fin des cotons tiges est annoncée. A compter de 2020, plus aucun bâtonnet ouaté ne sera mis en vente (et les rayons seront vides). Pourquoi une mesure aussi drastique a-t-elle été prise ? Quelles alternatives va-t-on trouver à leur disparition, qui prendraient en charge l’hygiène de notre appareil auditif?

Le début de la fin

La photo a fait le tour du monde et  figura parmi les finalistes du concours Wildlife Photographer of the Year : un hippocampe accroché à un coton ouaté.  Capturée par Justin Hofman au large de l’Indonésie, elle illustre une triste réalité : la pollution marine par nos déchets. Les résidus plastiques sont pointés du doigt et notamment nos fameux bâtonnets ouatés qui souvent sont jetés dans les toilettes. Mauvaise idée, nos stations d’épuration disposent de dégrilleurs mais c’est sans compter sur les caractéristiques exceptionnelles de cet accessoire :  finesse et légèreté qui lui permettent de passer entre les mailles du filet. Les choses vont mal pour ce cher compagnon : sa tête ou plutôt sa tige plastique est mise à prix par la loi Biodiversité.  L’arrêt de mort des bâtonnets est fixé pour le mercredi 1er  janvier 2020, date à laquelle sera interdite la « mise sur le marché […] des bâtonnets ouatés à usage domestique dont la tige est en plastique ».

Oreilles propres tu garderas…

Les années sont passées et le succès de ce petit accessoire ne s’est pas fait démentir : plus de 22,5 milliards d’exemplaires sont vendus chaque année dans le monde. Pourtant décriés par les médecins pour leurs dangers sur la santé, il reste l’outil de choix à manier dans l’art de se laver les oreilles.  Mais dans ces conditions, comment réussir un nettoyage réussit de la zone auriculaire ?

Ce n’est pas une coïncidence si ce dernier terme désigne également le cinquième doigt de la main, sa finesse lui assure une introduction réussie dans notre lobe et reste la solution la plus simple pour le nettoyage. Des alternatives existent, pour se préparer et s’entraîner avant janvier 2020, voici une liste non exhaustive de la diversité des techniques de nettoyage :

La méthode classique : se nettoyer les oreilles avec un tissu. Il est important de passer sur le contour de pavillon sans pénétrer trop profondément au risque de toucher la membrane tympanique.
La méthode exotique : l’oriculi ou cure oreille japonais. Même utilisation que le coton tige mais en bois, un outil écologique et réutilisable pour un nettoyage efficace.
La méthode originale : la bougies auriculaire, allumée elle se consume et vous débarrasse du cérumen. Attention : il faut être deux pour garantir une utilisation en toute sécurité
La méthode dernier cri : le spay auditif, deux ou trois pulsations dans le conduit auditif externe et le tour est joué !

Il ne reste plus qu’à se préparer, faire des stocks (que l’on ne jettera pas aux toilettes après utilisation…) ou changer de méthode. Avec la disparition des cotons tiges, doit-on à plus ou moins long terme, se préparer à faire aussi le deuil des brosses à dents au manche plastique ?

 

Sources:

https://www.planetoscope.com/hygiene-beaute/1560-ventes-mondiales-de-coton-tiges-q-tips.html

https://www.allodocteurs.fr/se-soigner/hygiene/comment-bien-se-nettoyer-les-oreilles_9211.html

https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/pollution/loi-biodiversite-interdiction-des-coton-tiges-en-plastique-et-des-microbilles-cosmetiques_119630

 

A propos de Fanny

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *