La ferme Songhaï : L’agriculture pensée autrement pour le développement de l’Afrique

Il y a bientôt près de trois décennies déjà que Godfrey Nzamujo  lançait la première ferme agro-industrielle et écologique de type nouveau sur le sol africain.

Godfrey Nzamujo, américain d’origine nigériane, docteur en électronique, en microbiologie et en sciences de développement, bouleversé par la situation du continent africain au regard de ses innombrables ressources et opportunités, décide de quitter les labos californiens pour s’installer en Afrique en vue de mettre en pratique ses expériences,  notamment au Benin (pays ayant cru à ses idées). Il lance le projet Songhaï, en référence au grand empire ouest africain du XVème siècle, qui désigne une ferme agricole qui fonctionne en totale autonomie. Elle combine agriculture, aviculture, pisciculture, production d’engrais, transformation de produits, et même production de pièces de rechange pour les machines agricoles.

Aujourd’hui, c’est près d’une vingtaine de fermes Songhaï qui sont installées un peu partout sur le continent particulièrement au Bénin, au Nigeria, au Libéria, en Sierra Léone etc.

Selon Godfrey Nzamujo: «Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme» en référence à la célébré maxime de  Lavoisier. Dans un modèle de production intégrée et durable, Songhaï développe un système de production agricole viable et peu coûteux basé sur l’agrobiologie. Ainsi les enclos dans lesquels picorent pintades, poulets, dindons etc., sont installés à côté des champs agricoles, et la volaille est nourrie à partir de sous-produits comme des cossettes de manioc, du son de riz ou des tourteaux issus de la production d’huile de palme. Par la suite,  les défections sont récupérées et traitées pour fertiliser et enrichir les cultures. En effet, les fientes qui enrichissent la terre, tout en préservant l’environnement, permettent d’obtenir des rendements bien supérieurs à ceux fournis par les engrais chimiques et pesticides. Ensuite, quand les animaux sont abattus, leurs viscères sont récupérées et étalées sur une paille dans un « hôtel à mouches » afin qu’elles viennent y pondre et que les asticots, riches en protéines, servent de nourriture aux poissons carnivores de la pisciculture. En vue d’économiser l’utilisa l’eau, les bassins piscicoles sont remplis à travers l’eau issue d’un forage ainsi que les eaux grasses récupérées des cuisines et des sanitaires, traitées avec des jacinthes d’eau aux propriétés filtrantes bien connues. Une partie de cette eau associée à d’autres déchets organiques finira dans un méthaniseur, afin de produire du biogaz, qui alimentera un générateur pour la production de l’électricité de la ferme. Ce biogaz alimente  aussi les cuisines du restaurant qui sont fréquentées par les hôtes de Songhaï en raison de plus de 20.000 visiteurs chaque année. Et Pour pousser la doctrine Songhaï à son summum, une industrie de transformation des produits laitiers et fruitiers est mise en place. Les pièces de rechange de même que les emballages sont produits à partir de matériaux ou de déchets recyclés.

Songhaï dispose également d’un centre de formation : le Songhaï Leadership Academy (SLA). Il forme aujourd’hui plusieurs milliers de jeunes issus du continent aux techniques agricoles et de gestion innovante pour un développement économique social plus en harmonie avec l’environnement. Promu centre d’excellence pour l’agriculture par les Nations Unies en 2008,  Songhaï constitue aujourd’hui un modèle de développement approprié au contexte africain ainsi qu’une solution efficace pour la promotion de l’emploi des jeunes en Afrique.

Sources :

Image : https://www.la-croix.com/Religion/Monde/Au-Benin-lEglise-sengage-terrain-agricole-2016-10-20-1200797710;

www.rfi.fr/emission/20170326-songhai-agriculture-autrement-f-elaouni-k-boujanoui-panafricaines;

https://www.goodplanet.info/video/2015/07/03/la-ferme-songhai-un-modele-durable-pour-lafrique/;

http://www.rfi.fr/emission/20170326-songhai-agriculture-autrement-f-elaouni-k-boujanoui-panafricaines;

http://storage.ugal.com/5048/article-centre-de-songhai.pdf;

http://jose-bove.eu/IMG/pdf/partenariat_club_unesco_de_l.pdf;

 

A propos de Ibrahima SECK

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.