Tensions diplomatiques entre le Kosovo et la Serbie: une baisse de la fréquence électrique sur le réseau européen qui dérègle nos horloges

 

Depuis mi-janvier, nos montres digitales branchées sur secteur ont peu à peu accumulé du retard (près de 6 minutes !). Focus sur ce phénomène pour le moins étrange mais révélateur de tensions diplomatiques entre le Kosovo et la Serbie ainsi que des difficultés que peuvent entraîner l’interdépendance des pays européens en matière d’énergie.

 

Image libre de droit: https://pixabay.com/fr/ciel-c%C3%A2ble-%C3%A9lectricit%C3%A9-bleu-m%C3%A9tal-2752629/

 

En Europe, certains de nos appareils électroménagers branchés sur secteur affichant l’heure (fours, réveils…) utilisent les oscillations de tension du courant électrique pour rester à l’heure. Sur le réseau européen d’électricité, cette fréquence est très exactement de 50 Hertz, soit 50 oscillations par minutes. Or, selon l’ENTSO-E (le Réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d’électricité), le Kosovo aurait volontairement baissé sa production d’électricité depuis mi-janvier. En injectant moins d’électricité sur le réseau européen, le Kosovo a donc légèrement déréglé la fréquence électrique, qui est passée à 49,996 Hertz.

Une baisse de fréquence qui semblerait a priori négligeable, mais tout de même suffisante pour retarder progressivement nos horloges de 6 minutes depuis mi-janvier. Mais encore plus grave, il faut savoir que ce sont près de 113 GWh d’électricité qui sont venus à manquer sur le réseau européen. L’adage « le temps, c’est de l’argent » prend ici tout son sens : en effet, le manque à gagner serait de plus de 5 millions d’euros. La décision du Kosovo d’injecter moins d’électricité sur le réseau européen serait en réalité un moyen de pression politique : le fait de déséquilibrer le réseau est un signal fort envoyé aux pays européens afin que ceux-ci acceptent de l’intégrer au sein de l’ENTSO-E, dont le Kosovo ne fait pas partie.

En principe, la Serbie, qui fait partie de l’ENTSO-E, aurait dû compenser la baisse de production du Kosovo. C’était sans compter le fait que la Serbie ne reconnaît pas l’indépendance du Kosovo, proclamée en 2008. Par ailleurs, la Serbie milite pour empêcher le Kosovo de rejoindre différentes organisations internationales telles que l’ONU… Mais également l’ENTSO-E. La version officielle donnée par le Kosovo est qu’une zone au nord du pays, où résident près de 40 000 serbes, échapperait à tout contrôle des Kosovars : l’approvisionnement de cette zone en électricité aurait entraîné des factures impayées de l’ordre de 9 millions d’euros et aurait déséquilibré le système tout entier. Voilà donc comment les tensions diplomatiques entre les deux pays ont pu se faire ressentir partout en Europe.

La sécurité d’approvisionnement en Europe ne semblerait pour l’instant pas être remise en question : la fréquence électrique doit en effet, selon les normes européennes, se situer entre 47.6 Hz et 52.4 Hz (sans quoi tous les appareils électriques branchés sur secteur risqueraient de se déconnecter automatiquement). Mais cet épisode démontre la complexité de créer à la fois une interdépendance et une réelle solidarité au niveau énergétique entre les pays européens lorsque des pressions politiques (tant intérieures qu’extérieures à l’Union européenne) s’immiscent dans les relations entre les Etats. Cette affaire est révélatrice des nombreux défis auxquels l’UE devra encore faire face afin d’assurer la pérennité d’une future Union européenne de l’énergie.

 

 

Sources :

https://www.entsoe.eu/news-events/announcements/announcements-archive/Pages/News/2018-03-06-press-release-continuing-frequency-deviation-in-the-continental-european-power-system.aspx

https://www.connaissancedesenergies.org/afp/un-probleme-dalimentation-electrique-au-kosovo-affecte-des-horloges-dans-toute-leurope-180307-0

https://www.nouvelobs.com/societe/20180307.OBS3199/les-pendules-europeennes-retardent-a-cause-d-un-conflit-kosovo-serbie.html

http://www.france24.com/fr/20180307-horloges-electroniques-retard-differend-kosovo-serbie-frequence-50hz-electricite

https://www.capital.fr/economie-politique/comment-le-kosovo-et-la-serbie-mettent-nos-reveils-en-retard-1275905

A propos de

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *