La place de l’énergie solaire photovoltaïque

L’Organisation des Nations-Unies estime que la population mondiale augmentera de 30% par rapport aux 7,55 milliards d’habitants existants, soit près de 10 milliards de consommateurs d’énergies en 2050. Comment allons-nous subvenir à cette demande ?

Malgré la prépondérance des énergies fossiles dans la production mondiale d’électricité, les énergies renouvelables ont connu une progression très forte ces dernières années. La progression la plus frappante est celle de l’électricité produite par l’énergie solaire photovoltaïque. Les estimations de l’Agence Internationale de l’Energie marginalise la part des énergies renouvelables dans les secteurs des transports et du chauffage pour les années à suivre. En revanche, il en est autrement des prévisions concernant la production d’électricité solaire : « Ce à quoi nous assistons est l’avènement d’une nouvelle ère dans le solaire photovoltaïque. Nous estimons que la croissance des capacités du solaire photovoltaïque sera plus importante que celle de n’importe quelle autre technologie renouvelable d’ici 2022 », indique Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE, cité dans un communiqué suite à la publication d’un rapport en octobre 2017. Le parc solaire mondial atteindrait ainsi 740 GW à cette date.

La France tient le quatrième rang européen avec 7,7 GW de puissance raccordée au 30 septembre 2017, loin derrière son voisin allemand, culminant à 42 GW (soit près de la moitié de la puissance européenne). A titre de comparaison, le parc nucléaire français est actuellement constitué de 58 réacteurs répartis en 19 centrales d’une puissance totale de 63 GW. La France se penche depuis des décennies sur le solaire photovoltaïque. Le physicien français, Edmond Becquerel, est un des premiers au monde à démontrer que certains matériaux produisent du courant électrique lorsqu’ils sont exposés à la lumière. Les années 1970 voient la France comme un des pays leaders en matière d’énergie solaire derrière les Etats-Unis.

L’orientation du parc énergétique français change de direction suite aux chocs pétroliers de 1973 et 1979 entrainant le lancement d’un vaste programme nucléaire, dont la France a du mal à se défaire. Bien que pourvu de nombreux désavantages, aux plans de la sécurité, du coût et de la dépendance notamment, il s’avère que l’énergie atomique est ardemment défendue par un certain nombre d’acteurs dont les intérêts dans la filière sont importants et souhaitant qu’elle soit perçue comme indispensable et irremplaçable. Les années 2000 entérinent le lancement de nouveaux types de réacteurs : EPR (European Pressurised Reactor) et quatrième génération. Sous le couvert de la sécurité d’approvisionnement électrique, le nucléaire s’inscrit dans une perspective de développement à long terme.

Les atouts de la technologie solaire sont pourtant nombreux. Un système photovoltaïque émet très peu de dioxyde de carbone lors de son cycle de vie.  La durée d’utilisation des panneaux est estimée entre 25 à 30 ans.  Un excellent taux de recyclage (actuellement de l’ordre de 94% pour certains systèmes) lui octroie par ailleurs un très bon bilan environnemental. La disponibilité de la lumière et la modularité des systèmes (installations de quelques kilowatts à plusieurs gigawatts, au sol, en toiture, embarquées) font de l’énergie solaire un véritable instrument du déploiement électrique.

En conséquence, la part de la production d’électricité photovoltaïque dans la consommation brute d’électricité ne cesse d’augmenter depuis 2010. Malgré une mise en place chaotique, les signes de l’établissement d’une filière pérenne sont visibles. Les engagements internationaux et européens de la France, confirmés par loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte et la programmation pluriannuelle de l’énergie (publiée le 28 octobre 2016) ont redonné confiance aux investisseurs. Les nouveaux dispositifs légaux et règlementaires sont relayés par un élan social. Le syndicat Enerplan a mené une enquête sur l’acceptabilité du solaire par les Français dont il ressort que le photovoltaïque est l’énergie renouvelable bénéficiant de la meilleure acceptabilité sociale : 93% des personnes interrogées souhaitent voir l’énergie solaire se développer. Les citoyens agissent par ailleurs comme moteur de la transition écologique via le financement participatif et l’autoconsommation.

Alors que même les scénarios prospectifs les moins optimistes envisagent un développement régulier, nombreuses études confèrent une place prépondérante à la filière du solaire photovoltaïque dans le mix énergétique français dans les années à venir. La diminution des coûts de production des systèmes photovoltaïques et l’innovation, notamment en matière de stockage et de rendement, vont permettre à l’électricité photovoltaïque d’être compétitive. Une évolution à suivre de près concerne les recherches en matière de cellules pérovskites qui pourraient remplacer le silicium. Encore au stade expérimental, elles ont démontré leur capacité à fournir à rendement élevé – près de 22% – à un prix très compétitif dû un procédé de fabrication simplifié. Elles constituent à ce titre une alternative séduisante aux cellules actuellement sur le marché. Le solaire photovoltaïque se place de plus en plus comme une réponse durable aux problématiques de consommation d’électricité.

 

Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie

http://www.ademe.fr

Agence Internationale de l’Energie (International Energy Agency)

http://www.iea.org

Baromètre photovoltaïque 2017, EurObserv’ER, avril 2017

https://www.eurobserv-er.org/barometre-photovoltaique-2017

Enerplan, publication « Les français et l’énergie solaire », 17 octobre 2016.

http://www.enerplan.asso.fr/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=26&Itemid=202

Ministère de la Transition écologique et solidaire

https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr

Photovoltaïque.info

http://www.photovoltaique.info

 

A propos de Carole COMBE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.