La pêche électrique : révolution technique ou désastre écologique ?

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn1

Une demande qui augmente considérablement alors que les ressources halieutiques se font de plus en plus rares. Face à cette situation, les Hollandais semblent trouver la parade : la pêche électrique, une technique à l’efficacité redoutable.

Foudroyés au beau milieu de leurs habitats naturels, des milliers de poissons tentent désespérément de s’échapper en remontant en surface, avant de finir plus tard dans nos assiettes. La pêche électrique est bien passée par là !

Qu’est-ce que la pêche électrique ?
La pêche électrique est une technique de pêche qui consiste à envoyer de l’électricité du fond des mers et océans pour déloger principalement les poissons qui s’y trouvent et les faire remonter à la surface. Les chaluts sont équipés d’électrodes qui envoient des décharges électriques dans les sédiments, les poissons se convulsent sous l’effet de la décharge et le courant électrique les ramène vers le filet. Ceux qui sont remontés dans les chaluts sont souvent couverts de brûlures, d’ecchymoses, de déformations du squelette du fait de l’électrocution.

Que dit la réglementation européenne ?
Officiellement, la pêche électrique est interdite en Europe depuis 1998. Cependant, des dérogations sont accordées depuis 2007 pour l’utilisation de cette méthode « à titre expérimental » dans la partie sud de la Mer du Nord. Tous les états membres peuvent aujourd’hui demander une dérogation pour équiper au maximum 5 % de leur flotte en chaluts électriques, pour une tension effective n’excédant pas 15 volts. Toutefois d’après l’association environnementale Bloom, cette limitation aurait été supprimée aux Pays-Bas, ouvrant la voie à la pratique massive de pêche électrique. Le Mardi 21 novembre 2017, la Commission des pêches du Parlement européen a donné un feu vert à ce type de pêche controversé. Mais cette proposition devra être votée au Parlement européen en séance plénière, prévue en février 2018.

La pêche électrique, une révolution écologique selon les Néerlandais
Les défenseurs de cette pêche électrique assurent que c’est une technique innovante et responsable écologiquement. En effet, selon le néerlandais Pim Visser, président de l’Association européenne des organisations de producteurs à la pêche (AEOP) : « C’est une économie de 50 % en carburant donc ça nous aide à respecter les accords de Paris ». En outre, elle aurait également moins d’impacts sur l’habitat marin puisque la technique évite de racler le sol à l’aide de chaînes qui provoquent la destruction d’une partie de l’écosystème.

Une catastrophe écologique pour les associations environnementales
Suggérer qu’il soit acceptable d’électrocuter la nature au titre de la recherche scientifique ainsi que d’une prétendue vertu écologique en ignorant toute frontière de l’éthique est digne de l’hypocrisie diplomatique. Pour L’ONG Risk, il y a encore de nombreuses zones d’incertitude scientifique au point qu’il serait préférable de geler son expansion jusqu’à ce que sa durabilité soit réellement avérée. L’Association environnementale Bloom avait déposait une plainte contre les Pays-Bas, auprès de la Commission européenne pour n’avoir pas respecté les prescriptions formulées. En effet, le nombre de licences accordées par l’Etat néerlandais à ses pêcheurs sont excessifs : 84, contre les 15 maximums qui auraient dû être délivrées. De plus, la tension électrique utilisée dans ces flottes serait comprise entre 40 et 60 volts, alors que la loi les limite à 15 volts.

Quelle est la position de la France ?
La France est toute aussi inquiète que les pêcheurs du nord de la France qui constatent aujourd’hui avec impuissance, les pêcheurs néerlandais vider les fonds marins. Pour les pêcheurs français cette méthode est synonyme d’extermination des ressources halieutiques et la mort certaine de leur activité économique. A ce titre, le gouvernement français s’oppose catégoriquement à cette méthode. En février 2017, la France s’y était opposée par la voix de la ministre de l’environnement d’alors, en l’occurrence Mme Ségolène Royal, une position confirmée par le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert : « Aujourd’hui la position de la France, elle est claire. Nous ne défendons pas la pêche électrique ».
Pour autant, la question de l’élargissement de la pêche électrique au sein de l’espace européen est toujours pendante à Bruxelles. Reste à savoir si la France aura suffisamment de poids pour empêcher le développement de cette technique.

Sources :

Image:https://www.commeon.com/sites/default/files/styles/projet_image_principale_angular/public/illustration%20Hugo%20Remusat.jpg?itok=pWNek79P

https://reporterre.net/Le-Parlement-europeen-donne-un-premier-feu-vert-a-la-nefaste-peche-electrique

www.up-inspirer.fr/37911-tout-comprendre-sur-la-peche-electrique

 

 

A propos de Ibrahima SECK

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *