Deux zones naturelles protégées en sursis dans l’Ouest Américain

 

Yellowstone, Grand Canyon, Vallée de la Mort : emblèmes des Etats Unis, ces sanctuaires de nature sont dans le viseur du Président Trump.  Le 4 décembre, lors d’un déplacement dans l’Utah, il a annoncé vouloir réduire drastiquement l’emprise de deux “monuments nationaux “. Retour sur l’histoire de ces symboles américains, au cœur de la tourmente.

Résultat de recherche d'images pour "Bears Ears National Monument"

Bears Ears National Monument, Utah . Photo by Bob Wick, BLM

 

La situation initiale : protéger la nature

Les Etats Unis étaient des pionniers en matière de protection des espaces naturels en instituant dès 1872 le premier parc national : Yellowstone. Aujourd’hui, 52 parcs parsèment le pays dont 14 classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Mais ce ne sont pas les seuls. Au niveau de protection inférieur se trouvent les 129 monuments nationaux. L’ensemble permet aux Etats Unis de s’imposer comme une destination de choix en matière de paysages sauvages avec plus de 340 000 km² protégés.

L’élément perturbateur : le discours du 4 décembre 2017

Après avoir tenu sa promesse et reversé son premier mois de salaire en faveur des parcs nationaux, rebondissement.  Le 4 décembre, Donald Trump annonce la volonté de réduire de 85% la surface du « Bears Ears National Monument » et de 45% pour le « Staircase – Escalante National Monument ». Classés respectivement en 2016 par le président Obama et en 1996 par le président Clinton, il s’agit des deux plus importants monuments nationaux de l’Utah, Etat de l’Ouest Américain.

Les péripéties : réactions vives et questionnements

Le président dans son discours déclare vouloir rendre ces terres aux populations, plus à même de les gérer que les administrations de Washington.  Des voix n’ont pas tardé à se faire entendre, notamment dans les rangs des associations de protection de l’environnement.  Il est question du maintien de la protection de ces espaces aux richesses naturelles inestimables, mais aussi de défendre le patrimoine culturel amérindien qu’ils renferment. L’avenir de ces espaces reste incertain, avec en ligne de crête l’exploitation des énergies fossiles : charbon et pétrole, dans ces lieux autrefois protégés.

Les péripéties ne sont pas prêtes d’êtres finies, d’autant que le président Trump s’intéresse de près à ces symboles, quitte à aller à l’encontre de l’Antiquities Act, emblématique loi de 1906 en faveur de la préservation des ressources naturelles.

 

Discours du président Donald Trump le 4 décembre 2017:

De 7.03′ à 12.05 ‘ sur les monuments nationaux (anglais)

Sources:

https://www.npca.org/resources/2658-monuments-protected-under-the-antiquities-act

https://www.backtothestates.fr/mag/parc-national-etats-unis/

https://www.nytimes.com/2017/12/04/us/trump-bears-ears.html

https://www.nature.org/newsfeatures/pressreleases/the-nature-conservancy-disappointed-by-decision-to-shrink-national-monumen-1.xml?utm_campaign=social.nature&utm_medium=social&utm_source=twitter&utm_content=1512424176

A propos de F

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.