La première voiture turque sera électrique

 

L’initiative est prise par le président Recep Tayyip Erdogan, la première voiture 100% turque sera électrique. Des projets similaires avaient déjà vu le jour dans le pays, mais cette fois-ci l’Etat en est à l’initiative.

source : http://www.trt.net.tr/francais/video/economie/voici-la-nouvelle-voiture-100-turque

Le marché turc en quelques chiffres

Le marché intérieur turc de l’automobile, c’est plus d’un million de véhicules vendus, un million et demi de véhicules produits et un peu moins de 750 000 véhicules exportés. La Turquie est le 6ème marché de l’automobile en Europe et le 16ème au niveau mondial. De nombreux équipementiers y sont implantés tel que Renault, Ford, Fiat, Toyota, Hyundai pour ne citer qu’eux.

Des projets similaires

Deux projets de voiture électrique ont déjà été développés en Turquie :

Le 1er en 2013, mené par un constructeur local ERTEX et l’université technique du Moyen Orient ; un véhicule sportif électrique, d’une autonomie de 180 kilomètres, allant jusqu’à 170km/h.

Le 2ème projet en 2016, après l’acquisition des droits intellectuels de la SAAB 9-3 – véhicule suédois – à National Electric Vehice Sweden (NEVS) ; « Pehlivan Elektrak » est un véhicule, qui par rapport au modèle d’origine, possède un moteur électrique.

Le premier constructeur turc

 En novembre 2017 le président Erdogan réunis les plus puissants groupes technologiques et automobiles du pays ainsi que les représentants du gouvernement. Le but de ce sommet étant de créer le premier constructeur automobile 100% turc. La première voiture développée sera une citadine électrique, elle est destinée au marché turc et devrait concurrencer la Zoé de Renault et la Leaf de Nissan. Le 1er prototype devrait voir le jour en 2019 pour une commercialisation prévue courant 2021.

Le fait qu’un pays en développement comme la Turquie, opte pour la construction d’un véhicule électrique, couteux, comparé à un véhicule à énergie fossile, reste à saluer. En 2015, les investissements dans les énergies renouvelables des pays en développement ont dépassé ceux des pays développés et ce type de projet va dans ce sens. Les pays en développement, longtemps perçus comme « des suiveurs » montrent aujourd’hui, qu’ils veulent être leader dans le développement durable.

A propos de Sejdi ALA

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.