L’impression 3D à la conquête de l’habitat social durable

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn4

À Nantes, la première construction imprimée certifiée voit le jour ; YHNOVA, un T5 de 95 m2 réalisé à l’aide du robot imprimante BatiPrint3D.

C’est dans le cadre de la Nantes Digital Week que cette maison a été réalisée, suite à une commande faite par Nantes métropole habitat. Ce projet a été financé en partie par la Caisse des Dépôts dans le cadre du soutien aux projets liés à la smart City Nantes city lab.  Il fait l’objet de 9 brevets.

La maison conçue par le cabinet d’architectes TICA se démarque par sa certification et son Appréciation Technique d’Expérimentation (ATEX) délivrée par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB). Elle sera attribuée dans les 12 mois après une série de tests d’habitabilité.

Les fondations et la dalle en béton se font de manière traditionnelle tandis que le robot après avoir été amené au préalable sur la dalle, va de son côté imprimer les murs autour de lui et sortira par la porte d’entrée.
Le parcours du robot est simulé grâce au BIM (Building Information Management) et c’est ainsi qu’il imprime grâce à son bras articulé les murs en déposant 2 couches de polyuréthane isolant qui servent de coffrage à une couche de béton structurant.

Cette technique a non seulement l’avantage de ne pas nécessiter une logistique compliquée et coûteuse (on parle de coûts divisés par 3) mais elle offre de surcroît un gain de temps considérable. En effet, l’exemple le plus parlant reste la construction d’un habitat d’urgence au Népal de 9 m2 en seulement 30 minutes.

Une révolution pour l’habitat durable !

D’un point de vue écologique, encore une fois l’impression 3D a de quoi convaincre plus d’un. En plus d’une meilleure gestion de chantier par une réduction des déchets, il est possible d’utiliser des matériaux bio-sourcés ou encore le recyclage de déchets de chantiers comme ce qui a été fait aux Pays-bas et en Chine. L’idéal encore serait de revenir à des matériaux de construction traditionnels locaux plus respectueux de l’environnement pour une construction durable.

Cette technologie va faciliter la réalisation de formes curvilignes et éliminer les angles dans les constructions pour un meilleur confort énergétique et acoustique. Les architectes pourront, de ce fait, laisser libre court à leur imagination, leur permettant de créer des formes de plus en plus complexes tout en réduisant considérablement les coûts.
Cette avancée technologique encourage donc en toute logique le développement de la robotisation des chantiers.

Preuve que la méthode est portée vers l’avenir, la NASA effectue des recherches sur l’impression d’entrepôts sur la lune à partir de sable lunaire, de quoi faire rêver plus d’un …

Sources:

www.20minutes.fr

www.batiprint3d.fr

www.blog.bouygues-construction.com/en/

www.caissedesdepots.fr

www.univ-nantes.fr

A propos de C.K MATAOUI

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *