La révolution des cerfs-volants dans la production d’électricité

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0

Alors que l’éolien ne représentait en 2016 que 3,9% de la production française d’électricité[1] et seulement 0,7% de sa consommation d’énergie primaire[2], de nouvelles technologies se développent pour capter au mieux l’énergie naturelle des vents.

Après les entreprises Enerkite à Berlin (Allemagne) et Kite Gen à Turin (Italie), c’est au tour de l’entreprise anglaise Kite Power Solutions de se faire remarquer en initiant un grand projet d’installation de cerfs-volants en Ecosse. L’objectif est de produire l’énergie électrique de toute une région d’ici à 2025 grâce aux cerfs-volants Kytoon (mélange entre « kite » et « balloon »).

A l’origine de la production d’énergie, il y a ce courant d’air présent en France et en Ecosse : le jet-stream. Très rapide, il porte le cerf-volant, lui permettant de réaliser des boucles en 8 tout en s’élevant en altitude.

Bill Gates (Microsoft) s’exprimait d’ailleurs récemment à propos de l’énergie issue des cerfs-volants[3] en disant : « Il y a 10% de chance pour que ce soit la solution magique ».

Des dimensions hors-du-commun

Le cerf-volant élaboré par Kite Power Solution mesure 40 m de large pour une production de 2 à 3 MW et sera emporté jusqu’à 450 m d’altitude pour capter un maximum de vent. En ce qui concerne le câble, le polyéthylène a été privilégié pour sa résistance. En effet, à 300 m d’altitude, un vent d’environ 40 km/h exerce sur la corde une force équivalente à une quinzaine de tonnes.[4]

 

Un principe simple

Les cerfs-volants, en forme de parapente afin de capter au mieux l’énergie du vent, sont câblés à un générateur électrique au sol. Emportés par le vent, ils vont s’élever en traçant des 8 et ainsi dérouler le câble, ce qui produira de l’électricité grâce au rotor.

Les cerfs-volants sont systématiquement couplés afin que la descente de l’un d’eux entraîne la montée de l’autre de manière à produire une énergie constante.

Beaucoup plus faciles à installer et à exploiter que les éoliennes, les cerfs-volants pourraient ainsi offrir une électricité bon marché d’ici quelques années seulement.

 

Nuisances

Au devant des arguments favorables au cerf-volant, il y a la question des nuisances. Le cerf-volant étant situé à haute altitude, les nuisances sonores et visuelles sont jugées négligeables, en comparaison notamment des éoliennes.

Il faudra cependant patienter jusqu’en 2025 pour constater l’efficacité de la ferme énergétique écossaise, avec à la clé de nouveaux financements de recherche et des contrats dans de nombreux autres pays en transition énergétique.

 

Sources : 

[1] Rapport « Panorama de l’électricité renouvelable en 2016 », RTE (publié en Février 2017).

[2] Rapport « Datalab : Chiffres clés de l’énergie, Edition 2016 », Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer (publié en Février 2017).

[3]  « Gates to double investment in renewable energy projects », Financial Times (publié le 25 juin 2015) https://www.ft.com/content/4f66ff5c-1a47-11e5-a130-2e7db721f996#axzz3jASauKk1

[4] « Des cerfs-volants pour produire de l’électricité », Futuremag, Arte (publiée le 29 mars 2014).

A propos de Manon BOUREL

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *