De la lumière sans électricité : la bioluminescence solution d’avenir

 

Le biomimétisme semble s’imposer aujourd’hui comme une vraie source d’inspiration pour de nouvelles innovations. La bioluminescence surfe sur cette vague et se révèle être une solution écologique prometteuse pour éclairer nos espaces urbains.  En proposant un process valorisant cette lumière naturelle, la Startup Française Glowee tente de sortir de l’ombre. Cette « technologie » ouvre de nouvelles perspectives prometteuses tant au niveau écologique qu’économique, reste à passer le cap de l’installation dans nos villes.

Photo by David Fleetham/Corbis, Hakai magazine

Des abysses au laboratoire

Présent naturellement chez certains êtres vivants, en particulier dans les abysses marines, la bioluminescence correspond à la production et l’émission de lumière par les organismes. Cette lumière se diffuse naturellement à partir de réactions chimiques ou par l’intermédiaire de bactéries.  Cette origine bactériologique est exploitée depuis 2013 par une jeune Startup : Glowee, qui modifie génétiquement ces bactéries pour produite de la lumière. L’ambition de l’entreprise est de valoriser la bioluminescence dans nos objets du quotidien et d’assurer également un éclairage de notre mobilier urbain. De nombreux prix ont récompensé son travail et en font une entreprise qui se présente pour « révolutionner l’illumination ».

Ecologique et économique

Pour diffuser de la lumière biologique, pas besoin d’électricité mais en revanche du sucre…elle pourrait ainsi s’avérer être une solution efficace pour réduire notre consommation électrique et la facture associée.  Tant qu’il y a de la nourriture, il y a des bactéries, cette source d’énergie est donc « renouvelable » rapidement grâce à la croissance exponentielle de ces micro-organismes. La bioluminescence diminue également la pollution lumineuse qui perturbe faune et flore, mais aussi réduit les déchets produits qui sont limités en quantité et recyclables. Il est proposé de revaloriser ces bactéries dans des process de captation du CO2 ou de traitement des eaux, cette solution s’impose donc comme une véritable réponse en faveur du respect de l’environnement. Modulable à l’infini et s’adaptant à toute les formes, le gel bioluminescent proposé par Glowee peut répondre aux besoins de chaque vitrine en offrant une nouvelle vision sur l’usage de l’éclairage.

Vers une diffusion dans notre quotidien ?

La protection de l’environnement et la réduction des émissions de gaz à effet de serre s’imposent comme des nécessités promues jusqu’au niveau international. Dans cette dynamique, un arrêté de Janvier 2013, interdit l’éclairage des locaux professionnel inoccupés, c’est une porte ouverte à la diffusion de cette nouvelle technique d’éclairage qui pourrait donc s’imposer comme une solution durable à l’éclairage des vitrines. L’intérêt est grandissant à l’image de LVMH et Adidas qui ont utilisé des installations bioluminescentes lors de certains de leurs évènements. Cette innovation qui constitue une vraie rupture peut se heurter à des difficultés. Elles sont techniques : l’éclairage n’est pas assez conséquent pour être utilisé dans les mobiliers urbains, mais aussi législatives avec un retard d’avancée des textes en la matière.

Les perspectives sont grandes pour cet éclairage biologique, les nombreux avantages en font une vraie solution qui semble être appelée à se développer. Il faut suivre le mouvement, mais aujourd’hui la législation risque de freiner la diffusion de cette innovation, qui,à terme ,pourrait s’imposer dans notre environnement quotidien.

 

Vidéo du projet :

 

Sources :

http://www.glowee.fr/

http://www.palais-decouverte.fr/fileadmin/fileadmin_Palais/fichiersContribs/ressources-en-ligne/revue-decouverte/complements/330_juil_aout_sept_05/KF_n330_p36-44_w.pdf

 

 

 

 

 

A propos de Fanny

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *