Les OGM face au changement climatique

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0

Au cœur des débats sur l’agriculture, les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) sont sources de questionnements constants que ce soit au niveau sanitaire, du rendement, de leur efficacité, ou encore économique. La question de leur résilience au changement climatique est surement une interrogation qui déterminera leur utilisation future aux vues de l’avancée de celui-ci.

https://unsplash.com/collections/214371/seeds?photo=mUmyihm4Fko

De nombreuses études démontrent que l’utilisation de ces OGM n’est pas de manière absolue une solution à toutes les situations. Les recherches portées sur les croisements successifs qui donnent naissance aux OGM le sont dans un cadre idéal et peu changeant. L’abondance de terres fertiles et d’eau ne correspond pourtant pas au schéma global du secteur de l’agriculture qui se pratique, pour une grande partie, dans des pays dit « pauvres » et par la même, soumis aux aléas climatiques. Aussi, tant l’argument de la lutte contre la famine, par le manque économique suffisant pour se fournir en OGM, que celui du rendement parfait, tombent en désuétude.

De plus, il est prouvé que l’agroécologie, qui s’appuie sur les fonctionnalités offertes par les écosystèmes, n’a pas forcement de moins bons rendements. Elle est cependant moins coûteuse et les interactions entre les plantes démontrent qu’en suivant le fonctionnement de la nature, celles-ci deviennent plus résistantes aux intempéries comme aux parasites. Davantage que la résilience, l’interaction des plantes permet d’obtenir également, et ce très logiquement, une diversité des cultures permettant d’être à l’abri d’une problématique ne visant qu’un seul type de culture.

Mais encore, l’utilisation des OGM, par son introduction assez récente à l’échelle humaine, ne permet pas d’affirmer dans l’avenir son caractère inoffensif ni sa capacité à perdurer. De ce fait, les questions portant sur son évolution dans un climat changeant sont plutôt légitimes.

Pour répondre à ces arguments, les grandes firmes multinationales du secteur ont développé des recherches sur le changement climatique en déposant de nombreux brevets sur des gènes résistant à la sécheresse par exemple. Si l’idée est loin d’être inintéressante, plusieurs points sont mis en avant pour s’opposer à cette pratique. Le premier porte sur le mauvais calcul évoqué plus haut, entre le choix d’une agroécologie dont on connait les bienfaits et qui est peu coûteuse par rapport à des recherches aux résultats futurs incertains et accaparant des ressources colossales, et ce pour des plantes qu’on essaye dans certains cas de rendre fertiles … Le deuxième est relatif aux difficultés que pourraient avoir des organismes publics ou des groupes de paysans à moindre ressources à accéder aux banques de semences pour des raisons de propriété intellectuelle puisque les brevets concernent « les gènes-clés de la résistance à la sécheresse dans des cultures transgéniques ». Enfin, on peut également craindre que les OGM contaminent d’autres cultures, comme cela c’est déjà produit, et d’autant plus si on prouve leur dangerosité à terme.

Pour finir, les exemples de sélection naturelle dans des terres peu irriguées ayant déjà montré leur efficacité à base de patience, il semble que le besoin de s’accaparer un patrimoine mondial pour des raisons économiques ne soit pas la meilleure solution pour se préparer à l’inconnu. D’autant plus que le mode de production auquel se destinent les OGM est un modèle énergivore tant dans l’entretien par la consommation de pétrole, d’engrais, de transport, que non viable en prenant en compte l’érosion des sols sur le long terme.

 

http://www.slate.fr/story/53241/climat-nourrir-planete-changement-futur

https://e-rse.net/ogm-adaptation-changement-climatique-26594/#gs.lUPLzAE

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/gere.12259/full

http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-planete/20160814.RUE8088/tomates-sans-arrosage-ni-pesticide-cette-methode-fascine-les-biologistes.html

http://www.lemonde.fr/planete/article/2008/06/09/les-grands-semenciers-brevetent-les-genes-d-adaptation-au-changement-climatique_1055656_3244.html

 

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *