Panneaux solaires arme de guerre

L’énergie solaire est une des énergies renouvelables. Ainsi, elle s’identifie, du fait de son caractère renouvelable, à l’objectif général du développement durable qui est bien de “subvenir aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à subvenir aux leurs”. De même, lorsqu’elle est utilisée, cette énergie solaire produit peu de gaz à effets de serre comparée aux énergies fossiles. Dans des pays fortement ensoleillés, cette énergie peut s’avérer être une véritable aubaine, voire d’un véritable secours si ces pays sont en crise et où, l’approvisionnement en dérivés pétroliers peut faire défaut. En Syrie par exemple, un hôpital s’est équipé récemment de panneaux solaires pour contrer la coupure récurrente d’électricité. Quel en est le contexte et la solution inattendue suggérée ?

Le conflit syrien est déclenché en février 2011, et dure depuis. Aujourd’hui, pour une population de 20 millions de syriens, près de 320 000 morts sont à déplorer pour les plus optimistes et près de 500 000 selon une lecture réaliste. 10 millions de déplacés, réfugiés et migrants syriens ainsi qu’une situation générale très dure en sont la conséquence. Les hôpitaux et les groupes médicaux syriens (notamment les casques blancs syriens qui incarnent la défense civile syrienne et anciens candidats au prix Nobel de la paix; dans la photo nous voyons Khaled, casque blanc et un des héros du documentaire Last Man in Aleppo ou les Derniers Hommes d’Alep. Ces casques blancs ne sont pas épargnés et sont même pris systématiquement pour cible, surtout dans les zones rebelles. En outre, les coupures de courant ne sont pas rares et l’état des patients, souvent dans un état grave, devient critique. Face à cette situation d’urgence, une Organisation Non Gouvernementale (ONG) française : L’Union des Organisateurs de Secours et Soins Médicaux (UOSSM), a décidé d’y remédier de manière inattendue. Khaled casques blancs

Dans la province d’Idlib au Nord de la Syrie, dont l’emplacement exact n’a pas été divulgué pour éviter toutes représailles, l’UOSSM a entrepris l’installation de 480 panneaux solaires en vue d’approvisionner l’hôpital de manière continue en électricité. Cela devrait permettre une économie mensuelle de 7000 litres de diesel soit 20 à 30 % des coûts énergétiques de l’hôpital. Par ailleurs 700 à 800 patients pourront bénéficier de ces installations. Ainsi en cas de bombardement des lignes électriques fournissant l’électricité à l’hôpital, les services de ce dernier pourront tout de même fonctionner et assurer la survie des patients en état critique. Etant donné que la Syrie est un pays très ensoleillé, le potentiel de telles initiatives est à même d’y prospérer. L’ONG voudrait à présent réunir1.5 millions de dollars américains pour financer des projets similaires dans 5 autres hôpitaux en zone rebelle.

La mise en place d’un tel projet est un bel exemple de mutualisation des intérêts humanitaires, environnementaux et économiques. Complet à ce niveau, des fonds restent toutefois nécessaires pour de tels organismes à but non lucratif, afin que des projets similaires puissent voir le jour, ou furtivement, le soleil…

https://www.lorientlejour.com/article/1054513/un-hopital-syrien-sauve-des-vies-grace-a-lenergie-solaire.html

http://www.syriahr.com/en/

http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/un-documentaire-sur-les-casques-blancs-qui-servira-un-jour-punir-les-criminels-de-guerre&hspart=arh&hsimp=yhs-001

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website stores some user agent data. These data are used to provide a more personalized experience and to track your whereabouts around our website in compliance with the European General Data Protection Regulation. If you decide to opt-out of any future tracking, a cookie will be set up in your browser to remember this choice for one year. I Agree, Deny
620