Autorisation d’exploitation d’une réserve d’Amazonie: le décret suspendu

Le 23 août dernier, le Président brésilien, Michel Temer, a abrogé le statut de réserve naturelle pour une partie de la forêt amazonienne. Ce n’était pas moins de quatre millions d’hectares qui étaient ouverts à l’exploitation minières. Une semaine plus tard, la justice brésilienne a suspendu le décret.  

4

Source image

La forêt amazonienne s’étend sur neuf pays différents, dont les deux tiers au Brésil. Avec une superficie de 5 500 000 km² (soit dix fois la taille de la France), elle a acquis le surnom de « poumon de la Terre ». En 1984, la dictature militaire de l’époque avait créé cette réserve naturelle sur une partie de la forêt. Cela a permis de réserver l’exploitation minière aux entreprises publiques seulement. Le décret publié le 23 août 2017 au Journal Officiel ouvrait l’exploitation aux entreprises privées également. Il stipulait néanmoins que ce changement “ne remet pas en cause l’application de la loi concernant la protection de la flore et des territoires autochtones”. En effet, cette forêt est le plus grand réservoir de biodiversité au monde. Elle abrite également de nombreuses tribus.

     

     La colère des ONG

De nombreuses ONG, telle que WWF, sont montées au créneau afin de manifester leur mécontentement. Ce décret a été pris sans consultation parlementaire ou citoyenne. Le ministre de l’environnement brésilien a refusé de le signer contrairement à celui des Mines et de l’Energie.

Ce n’est pas la première fois que les ONG accusent le président de “brader la forêt amazonienne sous pression du puissant lobby de l’agro-business et des intérêts des compagnies minières”.

Comme nous pouvons nous en douter, ce déclassement était dû à des raisons économiques. Plusieurs entreprises convoitent cette forêt pour ses ressources tels que l’or, le cuivre, le tantale, le minéral de fer, le nickel, etc. Dans un pays comme le Brésil qui connaît un fort taux de chômage (14 millions de personnes au chômage soit 13,2%), c’est une magne financière non négligeable. Cela permettrait notamment la création de 200.000 emplois.

Le président s’en défendait en affirmant vouloir encadrer les exploitations clandestines.

 

     Le décret finalement suspendu 

Les voix des opposants se sont faites entendre puisque le 30 août, la justice a décidé de suspendre ce décret. Cette forêt est menacée par la déforestation en raison des activités humaines. Depuis 1970, 18% de la surface d’origine a disparu. C’est dans le but de protéger cet ecosystème et les personnes qui y vivent que la décision a été prise. La réserve comprend notamment “neuf zones protégées en raison de la richesse de sa biodiversité ainsi que des territoires des tribus indiennes Aparai, Wayanna et Wajapi”.

Le texte a également été suspendu pour des raisons constitutionnelles. Celui-ci n’avait pas reçu l’autorisation nécessaire du Congrès.

 

Manon GUERMAN

 

Webographie :

https://fr.wikipedia.org/wiki/For%C3%AAt_amazonienne

http://www.huffingtonpost.fr/2017/08/24/le-bresil-livre-quatre-millions-dhectares-de-foret-amazonienne-a-lexploitation-miniere_a_23159678/

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/08/30/bresil-la-justice-suspend-l-autorisation-d-exploiter-une-reserve-d-amazonie_5178729_3222.html

http://www.francesoir.fr/actualites-monde/bresil-la-justice-suspend-un-decret-autorisant-lexploitation-miniere-dune-reserve

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website stores some user agent data. These data are used to provide a more personalized experience and to track your whereabouts around our website in compliance with the European General Data Protection Regulation. If you decide to opt-out of any future tracking, a cookie will be set up in your browser to remember this choice for one year. I Agree, Deny
684