Le mythe de la nature en ville concrétisé : les forêts verticales

La première forêt verticale a vu le jour à Milan (Italie) en 2014. Le projet architectural « Bosco Verticale » a été lancé par l’architecte italien Stefano Boeri en 2007. Ce « biotope artificiel » prend la forme de deux tours de 80 et 112 mètres respectivement. Les tours accueillent plus de 900 arbres, 5000 arbustes et 11 000 plantes couvrantes représentant ainsi 1 hectare de forêt. Ce projet de réintroduction de la nature en ville est estimé à hauteur de 65 millions d’euros.

italy-milan-16697934-l

Le couvert végétal permet de réguler les températures tout au long de l’année : il conserve la chaleur en hiver et refroidit la structure en été. Grâce à l’humidité générée, la forêt verticale atténue l’effet « îlot de chaleur » de la métropole. Mais ces arbres sont aussi capables d’absorber le CO2, de rejeter l’oxygène et de protéger les habitants des particules de poussière. Véritable révolution urbaine et urbanistique, cette « vitrine écologique » participe donc à la dépollution du centre-ville et à l’amélioration du cadre de vie.

Les arbres ont été sélectionnés spécialement pour leur pouvoir absorbant : chênes verts, noisetiers de Turquie, hêtres, frênes, oliviers, pruniers, cerisiers et pommiers. D’autres critères ont aussi été pris en compte pour le choix des espèces : l’esthétique et leur aspect pendant l’été et l’hiver, la résistance au vent et aux parasites, l’absence d’allergènes et d’épines et le maintien de leur forme après élagage.

Les balcons ont aussi été adaptés en conséquence. Ils sont plus larges que la normale et disposent de bacs à terreau pour accueillir la végétation. Les plantes sont maintenues par des sangles et grillages en cas de coups de vents et les balcons sont puissamment maintenus par des soutiens en acier du fait de l’excès de poids. Un système de filtration des eaux usées des habitations a été mis en place pour arroser les plantes. Pour lutter contre les pucerons, 1200 coccinelles ont été relâchées sur les tours au mois de mai, ainsi que des papillons.

Au-delà d’une volonté affichée de remettre de la nature en ville, ces bâtiments devraient être énergétiquement autonomes grâce aux panneaux photovoltaïques disséminés sur leurs façades et à l’apport en énergie géothermique. En somme, une belle initiative dont l’expérience pourra servir à d’autres villes désireuses de s’engager vers l’urbanisme du futur. En effet, selon certains experts, la verticalité gagne du terrain : notre société tend vers la création de “villages verticaux” en opposition aux villages horizontaux de nos grands-parents.

 

SOURCES

http://sain-et-naturel.com/foret-verticale.html

http://www.lefigaro.fr/jardin/2014/11/20/30008-20141120ARTFIG00082–milan-un-hectare-de-foret-plante-sur-deux-tours.php

http://www.novaplanet.com/novamag/galerie-la-premiere-foret-verticale

Source de l’image

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *