La SeaBubble, une solution pour nos déplacements et notre environnement

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0Share on Google+0

Alain Thébault et Anders Bringdal, deux grands noms du sport nautique mondial ont inventé de petits bateaux volant sur l’eau dénommée SeaBubble. Une image qui peut être futuriste mais qui existe déjà.

La SeaBubble

La SeaBubble

Un premier prototype de la SeaBubble a été exposé au salon des startups à Paris et expérimenté sur le fleuve de la Seine. Ce nouveau modèle de mobilité douce peut être dans un futur proche une solution pour nos déplacements. En effet, élaboré dans le but d’être un taxi fluvial dans un premier temps. Cela pourrait être une alternative pour les déplacements des parisiens. En outre, la SeaBubble est 100% électrique et donc zéro émission de CO2. Ce qui ajoute  un intérêt supplémentaire pour la ville de Paris, réputée pour ses pics de pollution.

La SeaBubble un engin aux allures futuriste :

C’est grâce aux deux foils fixés au-dessous de la coque que la partie supérieure de la SeaBubble est complètement émergée, lui donnant ainsi un effet volant. Cela lui permet de l’isoler de l’impact des vagues et donc de naviguer de manière sereine. Ce résultat est acquis une fois que la SeaBubble atteint les 9 nœuds, soit 18km/h. Cet effet est principalement du aux deux moteurs électriques installés sous la coque. Ce qui lui permet d’éviter d’une part une pollution sonore et d’autre part une pollution atmosphérique.

La maire de Paris Anne Hidalgo, soutient activement cette initiative pour que le projet puisse aboutir et soit lancé de manière inédite sur la ville de Paris. Elle ajoute que « c’est une évolution de la ville » et que « mettre en place un tel système, peut aller très vite si on trouve des opérateurs. On peut l’imaginer dans les quatre ans. Cela va être un transport qui sera, je pense, le futur service de taxis sur la Seine, potentiellement ».

Une législation lourde qui paralyse la circulation des SeaBubbles :

De fortes restrictions de circulation sont présentes sur le fleuve de la seine. En effet, en matière de limitation de vitesse il est interdit de dépasser les 6,5 nœuds (12 km/h) sur une partie du fleuve parisien. Sachant que la Sea Bubble doit dépasser cette vitesse pour être efficace et donc répondre aux besoins des parisiens en termes de mobilité. Par ailleurs d’autres entraves législatives liées à la Seine sont existantes. Comme le fait que ce soit un véhicule hors catégorie. Ou encore, que le port de Paris réglemente toutes les questions liées à la pollution de l’eau. Pour toutes ces raisons, la SeaBubble ne pourra pas être mise en circulation d’aussitôt. D’autre part il faudra commencer à réfléchir sur les questions d’emplacements pour les SeaBubble sur les quais parisiens.

Ce projet a tout de même tous les atouts pour réussir dans la ville de Paris. Cela semble donc être un bon début pour répondre aux objectifs mis en place lors de la COP21. Ce model pourra être exporté par la suite à l’échelle mondiale vers de grandes villes comparable à Paris comme New York, Melbourne ou encore Tokyo.

Sources :

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0Share on Google+0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *