Les éco-cités chinoises démesurées

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0

La Chine qui connaît une urbanisation croissante se dote de « villes vertes » construites afin de désengorger les grandes villes à l’aide d’expropriations et de tonnes de béton afin de réaliser des projets mégalomanes.

Urban_agriculture_at_Erdos_Eco-City_(3009777161)

En Chine le taux de personnes vivant en ville est de 54% en 2014, ce taux devrait croître de 1% par an. Face à cet exode rural les autorités chinoises incitent et soutiennent les promoteurs dans la réalisation de projets eco-friendly titanesques s’inscrivant dans une logique écologique et de bien-être de l’habitant.

Ces villes ou quartiers écologiques se présentent comme des havres de verdure très arborés, produisant de l’énergie verte avec des panneaux solaires et de petites éoliennes. Elles sont en nette rupture avec les villes traditionnelles. Afin d’attirer des habitants, un certain nombre de commodités sont présentes dans ces villes tels que des crèches, écoles, hôpitaux, ou transports. Les achats d’appartements sont subventionnés par les autorités chinoises, également, pour attirer des habitants. Ces villes vertes ont en effet du mal à drainer des habitants, elles sont construites loin des villes et donc de l’activité existante. Par exemple l’éco-cité de Tianjin actuellement en développement (elle devrait pouvoir loger 350 000 personnes en 2020) offre un cadre de vie intéressant : de la verdure, une production locale d’électricité, mais elle est excentrée par rapport aux activités économiques et elle fait l’objet de spéculation, beaucoup d’appartements sont achetés en espérant qu’ils prendront de la valeur sans pour autant être habités.

Ces projets titanesques sont construits au détriment des intérêts privés, de nombreux villages se retrouvent ainsi littéralement rasés de façon autoritaire au détriment des habitants. De surcroît, ce sont des villes entières qui sortent de terre, ainsi les coûts sont colossaux. Par exemple, le projet Jing-jin-ji lancé en 2014, visant à raccorder les villes de Pekin, Tianjin et Hebei à l’aide notamment d’éco-villes pour en faire une mégalopole de plus de 100 millions d’habitant, est estimé à 32 milliards d’euros.

Les autorité chinoises ont tendance au surinvestissement et à la démesure, comme c’est le cas pour ces laboratoires de développement durable à la chinoise, pourtant contrairement à d’autres projets (comme celui d’Ordos), les éco-cités semblent avoir plus de succès à attirer des habitants.

 

Source:

http://www.metropolitiques.eu/L-eco-cite-de-Tianjin-innovations.html

http://www.lemonde.fr/planete/visuel/2015/09/26/en-chine-le-mirage-des-ecocites_4771532_3244.html

Image: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Urban_agriculture_at_Erdos_Eco-City_(3009777161).jpg

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *