Je gaspille, tu gaspilles, il gaspille … bref on gaspille !

La question du gaspillage alimentaire est devenue aujourd’hui l’une des problématiques majeures de notre société en raison de ses impacts à tous les niveaux (social, économique, environnemental et éthique). Face à un bilan alarmant, le législateur est intervenu par la loi n° 2016-138 du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire, dont il est encore difficile d’apprécier la portée.

trash-313711_960_720

Un état des lieux alarmant
Dans une étude publiée en mai 2016, l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) dresse un bilan pour le moins inquiétant de l’impact du gaspillage en France.
Ainsi, on déplore 10 millions de tonnes par an d’aliments perdus ou gaspillés, ce qui représenterait une perte de 16 millions d’Euros.
Au plan environnemental, ce gaspillage serait responsable de 15,3 millions de tonnes équivalent CO2.
Si ce gaspillage a lieu à tous les stades de la chaîne alimentaire (production, transformation, distribution, consommation), c’est à celui de la consommation que son taux est le plus élevé. Il inclue aussi bien les foyers que la restauration (commerciale et collective) et, à cet égard, il faut noter que l’on gaspille 4 fois plus pour des repas pris en extérieur que pour ceux pris à domicile.
S’agissant des produits, l’étude révèle que ce sont les légumes, les fruits et les restes de liquides les plus touchés par la problématique.
Enfin, en termes de coût, ces pertes alimentaires s’élèveraient à 180€ par an pour chaque consommateur.
L’ADEME conclut cette étude en proposant des solutions pour tous les acteurs responsables de ce gaspillage : il est en effet évident que sa réduction ne peut avoir lieu sans une prise de conscience collective, à laquelle le législateur n’a pu échapper.

• Un cadre pour le gaspillage alimentaire

Dans la continuité du « Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire » auquel s’est engagée la France et visant à réduire de moitié le gaspillage d’ici 2025, le législateur a adopté la loi du 11 février 2016.

A travers ce texte, différentes mesures d’action sont prescrites par ordre de priorités :
«1° La prévention du gaspillage alimentaire ;
2° L’utilisation des invendus propres à la consommation humaine, par le don ou la transformation ;
3° La valorisation destinée à l’alimentation animale ;
4° L’utilisation à des fins de compost pour l’agriculture ou la valorisation énergétique, notamment par méthanisation. »
L’apport emblématique de cette loi se retrouve dans l’obligation pour les commerces en détail de plus de 400m carré de conclure des conventions avec les associations afin de céder les produits invendus, notamment ceux encore propres à la consommation humaine, sous peine de contravention de 3ème classe. Ce texte met par ailleurs expressément fin, sous peine d’amende pénale, à une pratique devenue courante chez les distributeurs et consistant à déverser de la javel sur les invendus de façon à les rendre impropres à la consommation.
Pour rédiger de telles conventions, ces acteurs disposent d’un délai d’un an, soit à compter la promulgation de cette loi (12 février 2017), soit à compter de la date de création ou dépassement du seuil des 400m carré.

Si les dispositions ainsi adoptées doivent être saluées, il faudra néanmoins se montrer très attentif dans les mois à venir quant à leur application effective.
Il n’en demeure pas moins que, dans un contexte de crise alimentaire mondiale, le gaspillage alimentaire reste catégoriquement insoutenable.

Sources :
Etude ADEME : « PERTES ET GASPILLAGES ALIMENTAIRES : L’ÉTAT DES LIEUX ET LEUR GESTION PAR ETAPES DE LA CHAINE ALIMENTAIRE », mai 2016.
http://www.casuffitlegachis.fr/particuliers/je-m-informe/gaspillage-alimentaire-triple-enjeu
https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A10377
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2016/2/11/AGRX1531165L/jo/texte

Image libre de droit : https://pixabay.com/fr/corbeille-peut-poubelle-poubelles-313711/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.