Repair Café, ils luttent contre l’obsolescence programmée

Chaque année, dans le monde, environ 4 000 milliards de déchets sont produits. Parmi les responsables de ce désastre, et nous ne citerons qu’eux, les industriels et leur poule aux œufs d’or : l’obsolescence programmée. Mais aussi, et depuis plusieurs décennies déjà, les sociétés occidentales où le mot d’ordre est la surconsommation. Vous l’aurez compris le verbe réparer appartient à un autre monde. Et pourtant, certains ont justement décidé de relever le défi et ont imaginé une toute nouvelle solution pour enfin inverser la tendance.

repair-cafe-2

 

Image source

Lutter contre l’obsolescence programmée et les réparations onéreuses et abusives, c’est le combat de tous, et aujourd’hui l’une des solutions proposées est le repair café. Né au Pays Bas en 2009, le mouvement a été initié par Martine Postma, et commence doucement à séduire un peu partout en Europe. Le concept est très simple au lieu de jeter ses objets cassés, on tente ensemble (parce que l’union fait la force) de les réparer et de leur donner une seconde vie. Le tout dans le partage et la convivialité.

Concrètement, des associations organisent des rencontres ponctuelles dans des cafés, auxquelles sont libres de s’inscrire des personnes sachant réparer et d’autres souhaitant faire réparer. En effet, si la volonté de réparer est importante, la capacité de le faire l’est tout autant. Or le savoir-faire étant très souvent hors de prix, aussi petite la réparation soit elle, à l’arrivée cela s’avère très souvent financièrement inintéressant puisque dans la plupart des cas racheter l’objet neuf coûte bien moins cher. Le repair café résout ici l’un des problèmes majeurs que suscite la réparation à savoir son coût. C’est justement le grand atout de ce concept, la réparation ne coûte rien si ce n’est le café consommé sur place.

Un des autres avantages qu’apporte cette solution est que tout le monde y trouve son compte. En effet, les personnes savantes sont souvent des personnes du métier (menuisiers, couturières, électriciens…) qui se mettent à disposition du public gratuitement l’espace de quelques heures. Ainsi cela permet à ces professionnels qui viennent donner leurs conseils d’avoir un peu de visibilité et de relancer leur activité. Concernant les personnes amenant leurs objets cassés, dans 70% des cas il s’avère que celui-ci est réparé. Et s’il ne l’est pas, l’expérience, l’apprentissage des gestes de base pour bricoler et le bon temps passé resteront, pour eux, des acquis à moindre coût. Enfin ceux qui ne sont ni l’un ni l’autre, autrement dit les petits curieux, y trouvent également leur compte puisqu’ils peuvent assister à l’atelier et profiter de conseils professionnels gratuitement.

Pour ce qui est des objets, aucunes restrictions, ils sont tous acceptés ! Bien entendu il faut pouvoir les transporter facilement !! Quant aux outils ils sont gracieusement mis à disposition, mais il est préférable d’avoir également les siens, au risque d’être limité. Vous l’aurez compris, réparer ses objets devient presque aussi simple que de les jeter, le côté ludique en plus !

En Belgique, le concept rencontre un franc succès. Les repair cafés ont doublé entre 2015 et 2016 passant de 100 cafés à plus de 200 ! Et pour cause, actuellement selon les statistiques, plus de 2 objets sur 3 arrivent à être réparés. Les autres nécessites soit une pièce de rechange, soit sont utilisés pour pièces. C’est d’ailleurs à Gand, en Belgique, que se trouve actuellement la capitale mondiale du repair café.

Finalement cette solution ne comporte que des aspects positifs, les repair cafés sont non seulement écologiques puisqu’ils tendent à réduire notre production de déchets, mais également économiques, la plupart de nos objets cassés ne nécessitant souvent que très peu de réparation pour être de nouveau en état d’usage ; et surtout sociaux, c’est un moment d’échange et de rencontre. Du gagnant-gagnant à tous les niveaux.

C’est fini, nous n’avons définitivement plus aucune excuse pour ne pas réparer !

 

Sources :

http://www.consoglobe.com/repair-cafe-rien-ne-se-jette-tout-se-repare-cg/3

http://www.lalibre.be/actu/belgique/le-nombre-de-repair-cafes-a-double-en-belgique-entre-2015-et-2016-57e3fae0cd706759d5324690

http://www.bretzselle.org/repair-cafe-strasbourg/

————————————————————————————————————————————————

Lea ZoharLéa Zohar

Etudiante en Master 2 GEDD à la faculté de droit de Strasbourg.

Membre actif de l’association MédiaDroit. Passionnée par la revalorisation des déchets.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.