«C’est qui le patron ?!» : Les consommateurs qui créent leurs Propres marques

Nous nous rappelons tous de la crise du lait ayant eu lieu en aout 2016, notamment les éleveurs du Grand Est, en bloquant le siège de Lactalis en Mayenne afin d’obtenir une revalorisation du prix du lait. Le discret patron de Lactalis, Emmanuelle Besnier, se défend en pointant du doigt la crise de surproduction laitière.

1280px-preaux-du-perche_-_greve_du_lait

Grève des producteurs de lait

À partir de cela le consommateur s’est senti concerné et a donc décidé de réagir en faveur des producteurs. Le consommateur a fait le choix d’acheter les différents produits laitiers auprès des filières de distribution qui rémunèrent un peu mieux les éleveurs. Mais cela reste-t-il suffisant pour permettre aux éleveurs d’obtenir un juste prix de leurs productions laitières ? Pour la plupart des producteurs la réponse à cette question était non.

 

L’initiative de créer une marque de lait responsable, durable et plus équitable :

C’est le défi de Nicolas Chabanne et Laurent Pasquier, qui ont déjà eu l’occasion de montrer leurs talents en terme de gaspillage alimentaire avec le collectif des « gueules cassées » au sujet de la commercialisation de « fruits et légumes moches » par le biais des grandes surfaces comme Intermarché, Leclerc ou encore Monoprix. Apres avoir défendu les fruits et les légumes moches, ils reviennent avec « la marque du consommateur » pour défendre cette fois-ci les producteurs de lait.

« C’est qui le patron ?! » cette nouvelle marque de lait répond à un cahier des charges spécifique établi par le consommateur lui-même, et où ce dernier a validé tous les engagements préalables afin de garantir le succès de leur commercialisation. De plus, la traçabilité de la fabrication ainsi que celle de la composition des produits garantie une assurance constante et durable.

Finalement en adoptant ce type de processus, en soutenant et commandant leurs propres produits, les consommateurs maîtrisent ainsi l’origine, le sens de cette initiative et la commercialisation.

 

C’est qui le patron  en chiffres :

  • Il y a actuellement 5 600 points de vente (dans tous les magasins Carrefour par exemple).
  • 1,8 millions de litres de lait distribués.
  • L’alimentation des vaches est garantie saine et de qualité : les troupeaux profitent de la nature 3 à 6 fois par mois dans l’année.
  • Il y a 7 850 consom’acteurs.
  • La brique de lait est en rayon depuis le 17 octobre 2016 au prix de 0,99 euros (prix maximum conseillé).
  • Les producteurs sont au nombre de 50 réunis en COOP, garantissant un lait de grande qualité en ayant des petites exploitations à taille humaine.

 

Les enjeux de cette initiative :

Avant tout il s’agit de permettre aux différents producteurs de lait ayant rejoint cette initiative de poursuivre leur activité et de ne pas vendre à perte. Ce qui leurs permet de sortir d’une spirale dramatique qui les condamnait. D’autre part le consom’acteur, en tant que partie prenante de ce processus, se sent plus impliqué et cela permet une synergie positive vis-à-vis des producteurs. Or cela va permettre au consommateur final qui est à la fois consommateur mais aussi acteur, de ne pas chercher à faire un quelconque profit aux dépenses du producteur. Permettant ainsi d’établir un prix juste et équitable satisfaisant les différentes parties.

En outre la marque du consommateur est actuellement en train de développer de nouveaux produits alimentaires sous les mêmes principes. Avec un jus de pomme ou encore une pizza ou leurs cahiers des charges sont en cours d’élaboration, afin de déterminer un prix juste mais aussi répondre aux exigences du consommateur.

 

Sources :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.