La géothermie volcanique au Costa-Rica, illustration de la maximisation des ressources naturelles par la première démocratie verte du monde

Le Costa-Rica, petit Etat d’Amérique Centrale, est un modèle à suivre pour assurer la transition énergétique. 98% de l’électricité produite est d’origine renouvelable et alimente les 98% de la population qui ont accès à l’électricité.
Le Costa-Rica est aujourd’hui capable de vivre près de 300 jours par an sans consommer d’énergie fossile.
Cela lui est possible grâce notamment à une richesse naturelle certaine, optimisée par son mix énergétique. Les derniers efforts du Costa-Rica se portent sur l’énergie volcanique.

volcano-378502_1920
Source de l’image


UNE DEMOCRATIE VERTE

Au Costa-Rica, la protection de l’environnement est un principe constitutionnel depuis plus de 20 ans.
Pour assurer l’effectivité de ce principe et arbitrer le conflit entre développement économique et protection de la nature, un tribunal de l’Environnement a été créé en 1995.
A l’heure où la lutte contre le changement climatique fait l’objet d’une reconnaissance internationale, le Costa-Rica a pour objectif de devenir le premier pays neutre en terme d’émission de CO2 dès 2022. L’objectif est déjà quasiment atteint puisque le pays peut vivre plusieurs mois successifs en n’utilisant que des EnR. Le gaz représente la faible part d’énergie fossile consommée.
La transition énergétique au Costa-Rica a commencé dès 1949 par un programme de développement de l’électricité d’origine hydraulique. Celle-ci représente la grande part du mix énergétique costaricain.

UN MIX ENERGETIQUE RENOUVELABLE

Mix énergétique du Costa-Rica entre 01-10/2015
Hydroélectricité 74,60%
Géothermie 12.90%
Éolien 10.30%
Biomasse 0,89%
Solaire 0,01%
Energie fossile 1,30%

L’électricité du Costa-Rica provient principalement de 3 sources : l’hydraulique, la géothermie et l’éolien.
Cela résulte d’une utilisation intelligente par le Costa-Rica de ses ressources naturelles : de grands réservoirs d’eau et de fortes pluies, un grand nombre de volcans, et des montagnes balayées par le vent.

La géothermie se développe pour réduire la dépendance envers l’hydraulique, comme l’explique M.Lopez, directeur de l’ICE (institut costaricain d’électricité) : « Il s’agit de combiner nos différentes sources d’énergies propres pour assurer la stabilité du système sans utiliser de combustibles fossiles. L’eau, le soleil et le vent sont des ressources instables qui varient selon la météo. Avec plus de 100 volcans, dont cinq en activités, la géothermie représente une option bien plus stable. »
Le Costa-Rica s’attend en effet à être lourdement impacté par le changement climatique, entraînant sécheresse et perturbation des pluies nécessaires à la production de l’hydroélectricité.

LA GEOTHERMIE VOLCANIQUE

Le Costa-Rica compte une centaine de volcans dont 5 actifs. Seuls deux volcans, endormis, sont pour l’instant exploités par les 6 centrales géothermiques du pays afin de produire en moyenne 15% de l’électricité du Costa-Rica, avec pour ambition d’atteindre prochainement les 40%.
La géothermie est une énergie propre et surtout inépuisable et disponible toute l’année.
Il s’agit de chercher et récupérer de l’eau chauffée naturellement dans des poches de chaleur situées dans les entrailles des volcans exploités, à environ 1900 mètres de profondeur.

Pour atteindre son objectif d’être neutre en émission de carbone d’ici 2022 tout en faisant face à la hausse de la consommation électrique qu’il connaît, le Costa-Rica se doit d’investir toujours plus dans les EnR.
Ainsi, la septième centrale géothermique du pays, dont la construction est lancée depuis 2014, verra le jour en 2019 sur les flancs du volcans Rincon de la Vieja pour un coût total de 958 millions d’euros.
A cela s’ajoute le barrage géant de Reventazon d’une puissance de 305 MW pour 1,379 milliard d’investissement, achevé au cours de l’année 2016. Il approvisionnera 500 000 familles, soit près de la moitié de la population de ce pays de 5 millions d’habitants.
En revanche, le méga barrage d’El Diquis de 650MW, attendu pour 2025, connaît de grosses oppositions de la part des défenseurs de l’environnement.

UN MODÈLE VERT NON IMITABLE

Le Costa-Rica prouve que le modèle “0 carbone” est réalisable mais tous les pays ne disposent pas des ressources et du contexte costaricain, favorables au développement des énergies renouvelables:

1. Un pays modeste :
– Petit pays: 5 millions d’habitants ; 51 000 km², soit un territoire 10 fois plus petit que la France.
– Consommation électrique faible: un costaricain consomme en moyenne 4 fois moins d’électricité qu’un français.

2. Des ressources naturelles riches et variées :
– Géothermie: 3 chaînes volcaniques, 116 volcans.
– Hydraulique: Grandes réserves d’eau, pluies abondantes.
– Éolien: vent et montagnes.
– Absence d’énergie fossile dans le sous-sol.

3. Une économie adaptée :
– Pas d’industrie lourde, principale source de consommation d’énergie fossile. L’industrie lourde est pourtant nécessaire pour la croissance chère à nos sociétés.
– Economie tournée vers le tourisme vert (espaces protégés, faune et flore, lacs, volcans, …) et l’agriculture, deux secteurs peu énergivores.

 4. Des choix politiques forts.
– Pas d’armée: le budget environnement est le principal bénéficiaire de cet économie.
– Le Costa-Rica oriente son développement en fonction de ses ressources, de sa géologie et de sa géographie et non de son taux de croissance, vecteur de pollution.
– Création d’espaces protégés représentant 26% de la superficie du Costa-Rica.

  5. Un avenir impacté par le réchauffement climatique :
Le Costa-Rica est un des pays qui va connaître le plus de changement en raison du réchauffement climatique. Le Costa-Rica doit se tourner vers les EnR pour ne plus émettre de CO2, afin atténuer le changement climatique et éviter l’exode rural. Son territoire va se partager en 2 zones météorologiquement distinctes :
– Territoire sec : sécheresse, manque d’eau pour le bétail et les plantations de café qui doivent être déménagés plus haut dans les montagnes.
– Territoire humide : inondation, baisse de la production de bananes …

A l’image du Costa-Rica et de ses volcans, chaque Etat dispose de ressources naturelles propres qu’il convient d’exploiter intelligemment en vue d’assurer la transition énergétique mondiale.

SOURCES :

Sale temps pour la planète : “Costa-Rica, un modèle pour la planète ? ”

http://mashable.france24.com/monde/20160907-costa-rica-electricite-%C3%A9nergie?page=19&ref=tw_i

https://mrmondialisation.org/le-costa-rica-100-durable/

http://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/le-costa-rica-un-pays-modele-en-matiere-d-energie_1105447.html

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/10/20/au-costa-rica-sur-la-route-de-l-electricite-verte_4793385_3244.html

http://www.geo.fr/photos/reportages-geo/costa-rica-le-pays-ou-la-vie-est-plus-verte-159177

http://positivr.fr/energies-renouvelables-costa-rica-113-jours-record/

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.