L’Accord de Kigali sur l’élimination des gaz hydrofluorocarbures : une grande victoire pour le climat ?

Les 197 Etats parties au Protocole de Montréal ont conclu le 15 octobre 2016 à Kigali, Rwanda un accord sur la fin progressive de l’utilisation des gaz hydrofluorocarbures car ils contribuent fortement au réchauffement climatique.

Le Protocole de Montréal de 1987 a permis de mettre fin avec succès à l’utilisation des gaz chloroflourocarbures (CFC), responsables de la destruction de la couche d’ozone. A cet effet les scientifiques de cette époque ont proposé aux industriels les gaz hydrofluorocarbures (HFC) comme remplaçants dans la fabrication des climatisations et des réfrigérateurs.

Cependant, même si ces gaz ont une courte durée de présence dans l’atmosphère, d’environ 15 ans, et ne sont pas encore très répandus, ils représentent un effet de serre 14 000 fois plus puissant que celui du CO2 et ont, par conséquent, une contribution au réchauffement climatique hautement importante, susceptible d’augmenter les émissions des gaz à effet de serre de 20% d’ici à 2050.

Selon les prévisions des experts, l’accord trouvé au Rwanda permettrait de réduire la hausse de la température de 0,5 °C d’ici à 2100, ce qui représente un quart de l’objectif de 2 °C fixé par l’Accord de Paris en 2015. La réduction des émissions de CO2 pourrait être de 72 milliards de tonnes de CO2 d’ici à 2050, ce qui est l’équivalent de la production annuelle de CO2 de l’Allemagne de nos jours. C’est pourquoi John Kerry, Sécretaire d’Etat américain, a annoncé que cet accord était probablement l’action la plus importante en 2016 que les Etats avaient pu réaliser afin de limiter le réchauffement climatique de notre planète.

Néanmoins il y a lieu de constater que si les Etats signataires se sont mis d’accord pour éliminer la production des gaz HFC, ils l’ont prévu à des échéances très tardives et différentes en fonction des signataires. Les pays développés se sont engagés à réduire leur production des gaz concernés de 45% d’ici à 2024 et de 85% d’ici à 2036. Cette dernière date est portée à 2045 pour un deuxième groupe de pays dont la Chine et le Brésil. Enfin, un troisième groupe d’Etats, comme les pays du Golfe et l’Inde, diminueraient leur production des gaz HFC de 85% d’ici à 2047. En effet, ces derniers sont très dépendants de l’utilisaiton des climatiseurs du fait des températures élevées en été. Ils ont donc pu négocier une date très lointaine.

 

Sources :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website stores some user agent data. These data are used to provide a more personalized experience and to track your whereabouts around our website in compliance with the European General Data Protection Regulation. If you decide to opt-out of any future tracking, a cookie will be set up in your browser to remember this choice for one year. I Agree, Deny
748