Le dieselgate : un tremplin pour le développement des voitures 100% électrique

En septembre dernier, l’ONG International Concil of clean transportation dévoile le scandale « Dieselgate » concernant le trucage des tests anti-pollution américain effectués sur les voitures diesel au sein du groupe allemand Volkswagen. Un an plus tard, le constructeur allemand, souhaitant tirer une leçon de ce scandale, prévoit prochainement le lancement d’une gamme 100% électrique.

vw-438825_1920

Source de l’image

Récemment, l’ONG européenne Transport et Environnement publie son étude “T&E” révélant que le Dieselgate de 2015 n’était que la partie émergée de l’iceberg : Volkswagen est loin d’être le plus polluant des constructeurs automobiles. De plus, le rapport de juillet 2016 de la commission indépendante mise en place par Ségolène Royal met en évidence les écarts entre les émissions de NOx (oxyde d’azote) annoncées par les constructeurs, et les émissions de NOx mesurées par la commission indépendante. Selon ce rapport, ce ne sont pas 188 mg/km de NOx qui sont émis par la Nissan Navara, mais 1667 mg/km.

Cette affaire a malgré tout des retombées positives sur le développement des énergies renouvelables. Suite au Dieselgate, Volkswagen a récemment annoncé vouloir s’imposer sur le marché des voitures électriques d’ici 2025. En effet, pour noyer le scandale touchant le groupe, le nouveau PDG Matthias Muller souhaite que le groupe soit “plus innovant, plus axé sur le client et sur le développement durable”. Une dizaine de modèle 100% électrique ont d’ores et déjà étaient dévoilés et Volkswagen a pour objectif d’atteindre les 25% de ses ventes en 2025 avec ses modèles 100% électrique.

Volkswagen ne s’arrête pas la et souhaite s’emparer du marché du stockage d’énergie. Une possible coopération du groupe avec la société allemande SMA Solar spécialisée dans les équipements solaires a été mentionnée. Cette activité de stockage devrait permettre au groupe allemand de “rentabiliser ses investissements sur le marché de la voiture électrique”.

Le groupe Volkswagen se voit dans une certaine obligation de poursuivre l’évolution technique en faveur du développement durable. Non seulement en raison de la perte prévisionnelle de nouveaux marchés et clients, mais aussi parce que la course aux indemnités perdure : les consommateurs américains se sont vus proposer un accord de plus de 15 milliards de dollars, il reste les consommateurs européens. A ce sujet, Volkswagen avait affirmé ne pas vouloir les indemniser faute de véritable préjudice. Néanmoins l’autorité de la concurrence italienne a condamné le constructeur automobile à une amende de 5 millions d’euros, et une action collective au niveau européen est en cours. La Commission européenne a fait savoir le mercredi 21 septembre que le groupe Volkswagen a promis un  “plan d’action” afin de mettre les véhicules affectés à la norme d’ici l’an prochain.

 

Article en co-rédaction : Caroline WOLFF – Santine RIEUTORD

 

Sources

http://www.lemonde.fr/automobile/article/2016/08/08/dieselgate-volkswagen-condamne-a-une-amende-de-5-millions-d-euros-en-italie_4980015_1654940.html

http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/dieselgate-fiat-et-renault-plus-polluants-que-volkswagen_105067

http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/06/17/vw-mise-sur-l-electrique-pour-sortir-du-dieselgate_4952527_3234.html

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *