CoP17 : Un avenir optimiste pour les espèces en extinction

Les Etats ayant signé en 1973 la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction se sont réunis du 24 septembre au 5 octobre dernier, lors de la 17e session de la Conférence des Parties.

thailand-142982_1920

 

La Conférence des Parties s’est déroulée à Johannesburg en Afrique du Sud, et a été l’occasion pour que les délégués de chaque pays engagent des débats et proposent des résolutions pour faire progresser le travail déjà en cours sur le trafic d’espèces naturelles, représentant aujourd’hui le 4ème plus grand marché illicite mondial, et pour renforcer la protection de certaines espèces animales et végétales.

Cette convention prévoit une classification des différentes espèces menacées d’extinction, débutant par celle qui ont les plus grandes chances de disparaître et dont le commerce est interdit (Annexe I), puis par les espèces en voie d’extinction dont le commerce est autorisé très strictement (Annexe 2), et enfin par les espèces n’étant pas soumis à un risque d’extinction, ou à un assez faible, et qui bénéficient de restrictions nationales (Annexe 3).

La CITES encadre aujourd’hui le commerce international d’environ 35 000 espèces de plantes et d’animaux, afin de garantir leur survie vis-à-vis du trafic illicite.  Les différents pays signataires de cet accord se réunissent tous les trois ans pour faire un ordre du jour des avancements faits, et pour trouver les meilleures solutions pour la durabilité, légalité, et traçabilité de ce commerce.

Le Président du Comité permanent, M. Øystein Størkersen, a rappelé lors de l’ouverture de la CoP17 qu’un des principaux obstacles pour lutter contre le commerce illégal d’espèces naturelles était la difficulté quant à l’application de la convention. En effet le manque d’engagement des parties se traduit par un manque de législation adéquate. Ces différentes législations peu protectrices rendent la plupart des Etats incapables de protéger des espèces comme les rhinocéros, les éléphants, ou les lions, très vulnérables au mépris humain.

La CoP17 a eu comme objectif de prévoir des restrictions commerciales pour 500 espèces, telles que le rhinocéros, l’éléphant, le lion, le perroquet gris, le requin, et le pangolin. Ces espèces sont au centre des préoccupations à cause du braconnage incessant qu’ils subissent, dans des pays majoritairement africains.  La commercialisation des cornes et de l’ivoire, font des rhinocéros et des éléphants les cibles les plus prisées des braconniers. En effet 5 000 rhinocéros, c’est-à-dire 25% de leur population mondiale, ont été tués en Afrique du Sud en seulement 8 ans. Les éléphants quant à eux, sont abattus au nombre de 12 000 chaque année en Afrique.

On peut dire que le compte rendu des décisions prises lors de cette conférence est plutôt positif. Effectivement, plusieurs mesures restrictives ont été soit renforcées, ou bien maintenues. Des avancements ont eu lieu, tels que le maintien de l’interdiction du commerce international de cornes de rhinocéros et d’ivoire d’éléphants, la classification des pangolins et perroquets gris en tant qu’espèces correspondant à l’annexe 1, et l’adoption des mécanismes de traçabilité. Des résolutions sur le commerce illégal d’espèces sauvages ont été aussi votées.

Sources:

http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/biodiversite/ouverture-d-une-conference-mondiale-sur-les-especes-menacees-a-johannesburg_105152

http://www.wwf.fr/vous_informer/actualites/?10241/cloture-cites-une-reussite-majeure-pour-la-protection-des-especes-sauvages

http://oceans.greenpeace.fr/cites-un-pas-en-avant-pour-la-protection-des-requins

http://info.arte.tv/fr/60-especes-menacees-pourraient-etre-sauvees

http://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/10989-cop17-de-la-cites-lavenir-des-especes-menacees-en-discussion/

Source image : https://pixabay.com/fr/tha%C3%AFlande-%C3%A9l%C3%A9phant-sunset-nature-142982/

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.